CTL - Métiers et organisation de la direction

Deuxième convocation pour ce CTL "suppressions d'emplois" (que la direction appelle pudiquement "situation des emplois au 1er janvier 2020", il ne manque plus qu'un peu de lubrifiant et ça passe presque tout seul) qui devait initialement se tenir le 21 janvier dernier. Vos organisations syndicales avaient boycotté la première convocation de cette instance, préférant alerter la presse par le biais d'un communiqué.

Pour cette nouvelle session, l'intersyndicale de la DDFIP des Alpes Maritimes (Solidaires, CGT et FO) a rédigé et lu une déclaration liminaire commune. Vous en trouverez ci-après le texte intégral.

Ce lundi 16 décembre 2019, trois des quatre organisations syndicales du département (Solidaires, CGT et FO) avaient décidé d'organiser une action symbolique en se rendant en nombre à la 2eme convocation de la réunion du Comité Technique Local. Ce dernier devait se tenir initialement le 28 novembre, mais il avait été boycotté.

Vous trouverez ci-après la déclaration liminaire rédigée et lue par l'intersyndicale des Alpes Maritimes (Solidaires, CGT, FO et CFDT) lors de la 2eme convocation du Comité Technique Local qui devait se tenir initialement le 15 octobre dernier (boycott des organisations syndicales).

Après la lecture de cette déclaration, vos représentants ont quitté la séance.

A l'ordre du jour de ce CTL étaient notamment prévus :

  • Approbation du procès-verbal du CTL du 4 juillet 2019, du 29 août 2019 et du 3 septembre 2019;
  • Fusion des PCE de Nice 1, 2 et 3;
  • Présentation TBVS 2018 (Tableau de Bord de Veille Sociale);
  • Questions diverses.

Jeudi 29 août 2019 s’est donc tenu un CTL estival, chose inédite dans ce département, dont l'ordre du jour était le suivant :

  • Accueil personnalisé sur RDV (APRDV) ;
  • Rapprochement des SPF de Nice et d'Antibes ;
  • Fusion des CDIF de Nice ;
  • Déploiement du marché des imprimantes « SOLIMP 3 »;
  • Questions diverses

Comme prévu, et comme de coutume depuis de nombreuses années, cette réunion s’est résumée à un passage en force sans réelle concertation de vos élus.

Mais nous avons déjà suffisamment écrit sur les péripéties qui nous ont amené à cette situation (pour ceux qui étaient en vacances ou à qui nos précédentes publications à ce sujet auraient échappé, voir ici et ici et encore ici).

Nous nous en tiendrons donc stricto sensu à un compte-rendu des « débats ».