CHSCT - Hygiène, sécurité et conditions de travail

Le 28 avril a eu lieu un CHSCT, un peu particulier puisque pour la 1ère fois il s'est tenu en audioconférence.
Il s'agissait de faire un point d'information sur la situation sanitaire et le plan de continuation de l'activité dans les Ardennes.
La question du déconfinement a aussi été évoquée avec, à ce stade, encore beaucoup d'inconnues.

Voici les éléments évoqués:

- des communications très régulières sont faites aux agents: par mèl, sur Ulysse 08 ou par l'intermédiaire des chefs de services. Il a été demandé aux chefs de service de rester en contact avec les agents en ASA ou en télétravail. Sur ce point, nous avons signalé à la directrice que des collègues nous avaient informés ne pas avoir de nouvelles de leur chef depuis des semaines (en ASA voir carrément en télétravail!) La directrice n'a pas paru très satisfaite... Les chefs de service se verront rappeler les consignes.
- la DDFIP a rappelé mettre l'accent dans toutes les communications sur les gestes barrières et la distanciation sociale.
- le PCA est conçu pour que le moins d'agents possibles soient présents dans les services tout en assurant les missions prioritaires. Il y a eu une augmentation de la présence des agents dans les bureaux depuis le début de la campagne. Il faut toutefois noter que le nombre d'agent reste en dessous du "plafond" fixé par la DG (40% des effectifs). Une rotation des agents est organisée quand c'est possible pour qu'une personne ne soit pas en permanence au bureau pour une mission aussi pénible que l'accueil téléphonique en période de campagne IR. Le PCA nous parait raisonnable, on a le sentiment que la direction n'a pas envie de jouer avec la santé du personnel. Au 28 avril, jour du CHSCT, 28% des agents sont en présential, 19% en télétravail et 48% en ASA. Il peut toutefois être amené à évoluer notamment du fait de la campagne IR...
- la direction a rappelé la distinction entre agents empêchés /non empêchés et missions prioritaires/non prioritaires. Les agents non empêchés sont prioritairement en télétravail en fonction des missions exercées et des capacités (le nombre de portables a été assez fortement augmenté mais pas assez pour équiper tous les agents, il faut le rappeler).
- des consignes ont été données aux prestataires de ménage pour qu'une désinfection quotidienne des points de contact soit réalisée et que l'accent soit mis sur les bureaux occupés. Chaque agent doit nettoyer ses instruments de travail avec des lingettes ou essuie-tout/alcool ménager. Des équipements ont été fournis aux chefs de service.
Nous avons signaler que certains agents en présentiel n'en avaient pas été informés. Un rappel sera fait. (un message de Mme Hermant est apparu depuis sur Ulysse08 qui précise que les fournitures sont chez le chef de service et que les agents doivent les utiliser). L'ISST a rappelé que les sanitaires doivent faire l'objet d'une attention particulière. Il a rappelé l'obligation de procéder à un nettoyage quotidien des sanitaires en dehors de la crise sanitaire. Il a également rappelé que les salariés de l'entreprise de ménage doivent avoir l'équipement adéquat et que la direction doit y veiller.
- sur le soluté hydroalcoolique: tous les services ont reçu des flacons. Le stock se constitue à la direction qui a vu plusieurs commandes honorées et s'en était procuré par l'intermédiaire de la préfecture. N'hésitez pas à faire remplir les flacons vides (anticipez un peu pour ne pas rester sans gel, vous pouvez renvoyer un flacon pour remplissage en mettant ce qui reste dans un autre flacon, de façon à ne jamais être en rupture).
- sur les masques: la direction en a 900. Les chefs de service en ayant demandés les ont donc reçus (si votre chef n'en a pas, il faut qu'il en demande). Ils sont avant tout à destination des agents recevant du public et ceux travaillant en trésorerie hospitalière (consigne nationale). Ils devront également être utilisés dans les services où la distanciation sociale ne pourrait être assurée (2 mètres entre les espaces de travail) ou si vous en ressentez le besoin. Le secrétariat du ministère aurait passé commande de masques alternatifs pour les agents de MEF. Nous n'avons pas d'info sur une date de livraison et de distribution aux agents (combien? tout le monde ou uniquement les services accueillant du public?) Sur la distanciation sociale, nous avons rappelé qu'elle peut parfois être difficile à tenir. Il faudra que tous soient attentifs à la respecter, nous allons devoir changer nos habitudes et être vigilants. Nous en avons profité pour signaler que dans un service du département, la veille (au moins) du CHSCT, 3 collègues travaillaient dans le même bureau. La direction a rappelé que c'est actuellement interdit (d'autant que des bureaux sont vides).
- des vitres en plexi seront installées dans les services, pour que l'accueil se fasse dans des conditions sécurisées, quand il pourra de nouveau se faire...
- dans les Ardennes, nous n'avons pas de cas avéré (comprendre "grave") parmi les collègues, en tout cas pour les informations dont dispose la DDFIP (et nous, si quelqu'un en ASA est malade il ne l'a pas forcément signalé). Deux agents ont fait l'objet d'une suspicion de covid. Dans cette période proche du déconfinement, si vous avez ressenti ou ressentez des symptômes, il faut le signaler au médecin de prévention (en complément d'une consultation médicale, bien entendu). Il ne faut pas que vous retourniez dans les services alors que vous seriez contagieux.
- la désinfection des locaux en cas de malade du covid a été évoquée. La plateforme régionale des achats a demandé à la ddfip de recenser les surfaces occupées. Une procédure de désinfection par nébulisation serait prévue lors de la découverte d'un cas. Le médecin de prévention trouve ce procédé excessif et qu'un nettoyage du bureau et de ce que le collègue a pu toucher suffit. Nous pensons que la santé des agents prime de toute façon et nous demanderons une désinfection des locaux si le besoin devait (malheureusement) se faire sentir.
- le déconfinement: il faudra que le retour dans le service (qui devrait être très progressif) se fasse dans le respect de la distanciation sociale. La DDFIP envisage l'utilisation des salles de réunion ou des bureaux vacants pour permettre de maintenir les distances suffisantes entre les espaces de travail.
Les agents en ASA pour raisons médicales resteront sans doute en ASA. Le médecin de prévention devrait être, comme au début, la personne à contacter pour un maintien en ASA. Il y a plus d'incertitude sur les ASA pour garde d'enfant. La direction pense que l'école étant facultative les agents en ASA le resteront. Bercy ne l'entend pas de cette oreille puisque les agents ayant des enfants dont l'école est ouverte ne devrait pas être en ASA mais devraient prendre des congés s'ils ne souhaitent pas reprendre le travail. A voir donc...

Le retour au bureau ne se fera pas d'un claquement de doigt et certainement pas non plus comme un retour à la normale. Il y aura des contraintes, des précautions à prendre pour votre santé et celle de tous soient préservées. Nos habitudes au travail vont devoir changer pour au moins quelques temps hélas.

Si vous avez des questions ou des difficultés, n'hésitez surtout pas à nous contacter.

Un CHSCT "déconfinement" aura lieu le 11 mai, en audio. Si vous avez des points que vous souhaitez voir aborder, faites le nous savoir.

Prenez soin de vous!