CTL - Métiers et organisation de la direction

Allez sur internet

Compte Rendu CTL du 14 octobre 2021

« Résister est un verbe qui se conjugue au présent » Lucie Aubrac

Ordre du Jour

  • Présentation des réorganisations de services liées au nouveau réseau de proximité pour 2022
  • Fusion des SPF
  • Fusion des SAID du SIP d'Auray
  • Expérimentation du projet foncier innovant
  • Résultats de l’observatoire interne 2020

Déclaration liminaire : En introduction les élu.e.s Solidaires Finances Publiques ont lu une déclaration liminaire (cf dernières pages).

Présentation des réorganisations de services liées au nouveau réseau de proximité pour 2022 :

Solidaires Finances Publiques 56 a expliqué que nous étions présent·es dans cette instance exclusivement pour relayer les attentes et questionnements des collègues sur plusieurs sujets.

- Nous ne siégeons pas pour « discuter » des projets qui sont déjà validés.

- Nous ne siégeons pas pour renouveler nos expressions tant de fois exprimées sur le désastre du NRP avec l’affaiblissement majeur de nos services de proximité.

- Nous ne siégeons donc que pour obtenir des réponses à ces questionnements.

Le Directeur déroule donc la déclinaison néfaste du NRP pour généraliser les reculs profonds que nous combattons. Au-delà des quelques avancées ou moindres reculs que nous avons pu gagner suite à nos actions et expressions inlassables (dans cette instance, auprès des élu·es, auprès de la DG et du Ministère, avec les agent·es et usager·es) le rouleau compresseur continue d’avancer en éclatant « façon puzzle » les implantations de proximité, pour construire des structures industrialisées sur toutes les missions.

Sans revenir sur nos analyses exprimées tant de fois sur notre refus du NRP, nous souhaitions sur les projets NRP que la Direction nous donne des réponses sur :

Les règles et garanties RH et les affectations des collègues. Quelle est la réalité actuelle sur vos recensements des situations pour suivre ou pas la mission ? Concernant l’exercice des missions comment entendez-vous gérer les services pour lesquels les personnels ne suivraient pas au 1er janvier 2022 ?

Concernant le réseau des Trésoreries dont le Directeur poursuit le massacre, Quelles évolutions sont attendues sur l’industrialisation et l’allègement en cours du contrôle des collectivités ? De même, quelles réponses aux agent·es des futurs SGC, inquièt·es face aux charges lourdes des services et les processus kafkaïens de relations aux usager·es toujours plus éloigné·es.

Concernant les nouveaux points d’accueils de proximité, nous avons attiré l'attention du Directeur sur le décalage majeur avec la restriction sans fin de l’accueil des usager·es dans les services. Nous souhaitions avoir une visibilité sur la réalité des flux d’usager·es dans les points d’accueils actuels. De même, nous souhaitions des réponses sur les modalités prévues de présence dans ces points d’accueils quand les difficultés sont si importantes dans les SIP (volontariat ? Obligation ? EDR ?).

Concernant l’ensemble du NRP, il y a urgence à une visibilité/transparence sur les sujets des travaux et des installations.

Le Directeur nous a ensuite présenté l'ensemble des restructurations 2022 liées au NRP :

- Création du Service Départemental des Impôts Fonciers de Ploërmel

- Transfert du SIP Ploërmel vers le SIP Pontivy

- Transfert SIE Ploërmel vers SIE Vannes

- Adaptation de l'accueil physique de Ploërmel

- Transfert SIE Pontivy vers SIE Lorient

- Transformation de la Trésorerie Ploërmel en Trésorerie Hospitalière EST Morbihan

- Transfert de la Trésorerie Hospitalière Lorient à Hennebont et création de la Trésorerie Hospitalière OUEST Morbihan

- Transfert Trésorerie Hennebont vers le Service Gestion Comptable de Lorient

- Transfert activité hospitalière de la Trésorerie de Vannes Municipale vers la Trésorerie Hospitalière EST Morbihan à Ploërmel

- Fermeture de la Trésorerie de Questembert

- Fermeture de la Trésorerie de Mauron

- Création de 3 Conseillers aux Décideurs Locaux

- Création des Services Gestion Comptable de Pontivy et Lorient

 Il en ressort que le Directeur maintient le fait qu'il n'oblige pas les agent·es à suivre leurs missions... A l'exception des géomètres, qui n'ont pas le choix !

Nous avons demandé le recensement précis, sur chaque réorganisation, du nombre d'agent·es qui souhaitent suivre leur métier.

Très peu suivent : entre 0 et 4 (pour les services les plus importants).

Les élu-es Solidaires Finances Publiques sont intervenu-es sur les besoins en formations qui vont être très importants.

La Direction indique avoir anticipé ces formations à de nouveaux métiers, les proposant aux agent·es avant leurs nouvelles affectations. Elle mise également beaucoup sur l'apprentissage par la transmission des "sachant·es". Si ce système peut être très enrichissant, il est aujourd'hui très compliqué à mettre en oeuvre du fait de l'augmentation importante des charges de travail ces dernières années.

D'un point de vue logistique, la direction estime que..."les nouvelles installations ne devraient pas poser trop de difficultées, exceptées à Troadec, où les locaux sont très contraints".

Aucun plan ne nous a été communiqué, toujours en cours d'élaboration.

Les élu-es de Solidaires Finances Publiques ont exprimé-es leurs inquiétudes concernant les services recevant les transferts de missions sans agent·es technicien·nes et formé·es.

Quel intérêt pour l'administration de désorganiser totalement le réseau ?

Le Médecin du Travail a évoqué les risques routiers et psycho-sociaux sur ces transferts. Si le kilométrage n'entre que partiellement en compte, le temps de trajet peut être mal accepté à terme, dans la mesure où le déplacement est contraint.

L'administration devra trouver des solutions pour gérer le désarroi des agent·es dont les missions se sont éloignées.

Les élu·es de Solidaires Finances Publiques, ainsi que les autres représentant·es syndicaux, ont voté contre ces réorganisations.

Le projet sera à nouveau présenté lors d'un CTL le 21 octobre.

Fusion des SPF :

Là encore, il s'agit, pour l'administration, d'industrialiser des tâches.

Ces services connaissent depuis longtemps des problèmes d'effectifs.

Le retard de plus de 200 jours sur la publication des actes génère des difficultés dans d'autres services par ricochet.

Les services sont déjà "sous perfusion" de renforts de l'EDR et de la BNIPF (brigade à compétence nationale).

Les élu·es de Solidaires Finances Publiques, doutent que ces opérations de fusions résolvent les difficultés rencontrées par les agent·es.

Le Directeur s'est engagé, au moins sur le court terme, à conserver deux implantations dans le département.

Les élu·es de Solidaires Finances Publiques, ainsi que les autres représentant·es syndicaux, ont voté contre ces fusions.

Le projet sera à nouveau présenté lors du CTL du 21 octobre.

Fusion des SAID du SIP d'Auray :

Suite aux différents mouvement de mutations et aux rédutions d'effectifs, les 2 secteurs actuels ne peuvent plus être maintenus.

A noter qu'un contractuel débutant a été recruté sur les missions du SIP... No comment !

Solidaires Finances Publiques a une grosse incertitude sur le bien fondé de cette fusion, sachant que dans 1 an ce service sera éclaté entre Vannes et Lorient.

Le Directeur a cependant confirmé le maintien d'une antenne sur le site d'Auray.

Les élu·es de Solidaires Finances Publiques, ainsi que les autres représentant·es syndicaux, ont voté contre cette fusion.

Le projet sera à nouveau présenté lors du CTL du 21 octobre.

Expérimentation du projet foncier innovant :

Google n’est pas un bon plan !

La suppression toujours plus importante des postes de géomètres dans les départements et les velléités de transfert d’une partie des missions topo à l’ IGN ne suffisaient pas. La DGFiP impose un outil d’intelligence artificielle aux agentes et agents de la sphère cadastre.

Cap Gemini et Google œuvrent ainsi à l’élaboration d’algorithmes auto-apprenants ayant pour finalité de détecter piscines et bâtiments non déclarés et non retranscrits sur le plan.

Solidaires Finances Publiques rejette l’entremise de groupes privés dans des missions de service public et notamment Google qui n’est pas un modèle de vertu en matière fiscale...

Quelle protection des données ? Quelle souveraineté numérique ? La DGFiP de la full-demat, en plus de piétiner allègrement la notion de service public, vient désorganiser les collectifs de travail.

Solidaires Finances Publiques dénonce avec force le déni de technicité des géomètres et de tous les agent·es de la sphère cadastre.

Quel est le coût engendré par les expérimentations et la généralisation du Foncier Innovant ? Solidaires Finances Publiques dénonce l’opacité sur sa mise en place.

Les personnels de la sphère foncière ne sont pas des clics boutons. Exigeons le retour des géomètres sur le terrain et la valorisation des compétences métiers de l’ensemble des agentes et agents de la sphère foncière.

Ce projet tombe mal chronologiquement. Il tombe en même temps que le NRP. Les agent·es sont désabusé·es par tant de mépris et d'humiliation.

Le démantèlement méthodique du service public, conduit à une dégradation du service rendu à l’usager·e et aux professionnels, mais également à un mal être croissant des agentes et agents publics, qui perdent le sens de leurs missions. Le projet du foncier innovant participe à ce funeste destin.

Les plans sont mis à jour selon des procédés terrestres qui ont fait leurs preuves. La décision qui est prise au niveau national de mettre le plan du cadastre à jour, à partir de photo-aérienne, est une aberration. Pourquoi ?

Aussi précisent soient-elles, les photos aériennes ne font pas apparaître les limites parcellaires. Tout au mieux, elle fait apparaître les haies, les clôtures et les murs, mais ces derniers ne sont pas forcément les limites réelles administratives. Le positionnement des bâtiments dans leurs parcelles sera donc approximatif, avec pour conséquence, un accroissement de la dégradation du plan. Jusqu’à preuve du contraire, localiser une borne parcellaire sur une photo aérienne n'est pas possible .

D'autre part, une fois les bâtiments mis sur les plans réguliers, approximativement, ils peuvent servir aux géomètres experts pour appuyer leurs nouveaux documents de division parcellaire (DMPC). Cette nouvelle modalité de mise à jour qui était censée améliorer le plan du cadastre, va mécaniquement dégrader le plan cadastral. En partant de quelque chose d'approximatif, on construit quelque chose d'imprécis et de faux.

Si l'idée de mettre le plan du cadastre à jour par photo aérienne était vraiment si bonne, ne croyez- vous pas que les géomètres experts, qui exercent une activité lucrative, auraient pris cette option depuis de nombreuses années déjà ?

S’ils ne l'ont pas fait, c'est que rien ne remplace le levé terrain in situ. Un levé par photo est une opération ni précise, ni fiable. Pour les gens qui ne la pratiquent pas, la topographie obéit à une mécanique de précision. Elle n'entre pas dans le champ de la mesure au pas, et à l'approximation. Quand cette notion n'est ni comprise et ni maîtrisée, on assiste à cette aberration qui consiste à utiliser la photo aérienne pour détruire le plan cadastral.

Enfin, l’objectif du contrat de plan de financement du Fonds pour la transformation de l'action publique 2022 est la suppression de 300 emplois !

70 % d'agent·es B et 30 % d'agent·es C

Résultats de l’observatoire interne 2020 :

De moins en moins d'agent·es participent désormais à ces consultations, voyant que malgré les alertes des années précédentes, la détérioration continuait. L'administration ne se prive cependant pas de s'accorder un satisfecit au regard de certains chiffres légèrement en hausse !

Questions diverses :

Solidaires Finances Publiques a demandé s'il existait une référente ou un référent égalité professionnelle dans la direction ?

"La Direction va regarder..."

Le plan d’actions de la DGFiP en faveur de l’égalité professionnelle Femmes-Hommes pour 2020-2022 rappelle le rôle et l’importance des référent·es diversité-égalité professionnelle dans sa mesure 17 : http://ulysse.dgfip/metier/legalite-professionnelle#plan-action

Leurs principales missions sont :

- d’informer les personnels sur la politique d’égalité professionnelle menée par leur administration

- de réaliser des actions de sensibilisation à l’égalité professionnelle, de déconstruction des stéréotypes de genre, de prévention des discriminations liées au sexe et à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles…

- d’assurer le suivi des formations portant sur l’égalité professionnelle

- de conseiller les agent·es. Toutefois lorsqu’ils ou elles ont connaissance « d’actes de violences sexuelles, de harcèlement ou d’agissements sexistes ou de discriminations, notamment liées au genre, ils orientent les victimes vers le dispositif de signalement mis en place par leur structure, les services de ressources humaines ou d’action sociale compétents »

- de participer à l’état des lieux, au diagnostic de la politique d’égalité professionnelle et au suivi de la mise en œuvre des actions menées par leur direction.

Déclaration liminaire :

pdfDéclaration_Limaire_CTL_14_10_2021_-_Solidaires_Finances_Publiques_56.pdf

Les élu-e-s Solidaires Finances Publiques au CTL du Morbihan

https://sections.solidairesfinancespubliques.info/560/

https://solidairesfinancespubliques.org/

https://www.facebook.com/solidairesfinancespubliques56/

 

Solidaires Finances Publiques 56 a siégé au CTL du 28 juin en 2ème convocation après le vote "contre" unanime des organisations syndicales sur les 2 sujets présentés au CTL du 3 juin : l’installation de 3 nouveaux CDL au 1er septembre et la mise en oeuvre du nouveau protocole du Télétravail.

Le Directeur a ouvert la séance en nous informant officiellement de la promotion en qualité d'AGFiP dans l'Orne de notre responsable de pôle GP/RH. Son poste sera proposé prochainement à un appel à candidature, le remplacement ne sera pas immédiat.

Opérations complémentaires à la mise en place du NRP

En réalité, il s’agit d’une accélération du déploiement des Conseillers aux Décideurs Locaux, et des changements de sphère de compétence (le CDL de Belle-Île s’occupera également des communes d’AQTA – Auray Quiberon Terre Atlantique).

La Direction met en avant les besoins des collectivités dans ce domaine.

A noter que la commune de Théhillac (56) sera désormais gérée par Redon (35). Un fait inédit qui découle, d’après la Direction, de la volonté des élu-es locaux.

La Direction profite de cette 2ème convocation pour anticiper le passage de la Trésorerie d’Auray en Service de Gestion Comptable (SGC) au 1er septembre (initialement 1er janvier 2022).

Les élu-es de Solidaires Finances Publiques 56 ont réaffirmé leur opposition à cette réforme nocive pour notre administration et pour le service public.

Nouveau Protocole Télétravail (TT)

La Direction a représenté le même protocole télétravail et confirmé sa mise en place au 1er septembre 2021.

Les élu·es Solidaires Finances Publiques ont rappelé que le télétravail devait rester sur la base du volontariat, et que le consentement des agent·es était essentiel.

S’il a été mis en place dans l’urgence de la crise sanitaire, d’autres solutions étaient également possibles pour éviter les contaminations : roulement des équipes, extension des plages de travail pour éviter les heures d’engorgement, banalisation des journées… Aujourd’hui, nous pouvons pointer du doigt un certain nombre d’attentes et de besoins de la part des agent·es.

Le télétravail peut parfois présenter certains intérêts sur le plan personnel et sanitaire, mais il ne faut pas nier qu’il a des effets sur les collectifs et les organisations du travail. Des tensions montent dans les services entre agent-es en présentiel et agent-es en distanciel. Les personnels en présentiel ont le sentiment d’assumer le travail qui ne peut être télétravaillé (téléphone, accueil, courriers…).

Le protocole télétravail introduit le télétravail flottant, le télétravail exceptionnel. Il n'y aura plus de campagne annuelle mais une gestion au fil de l'eau des demandes. Il n'y a plus de convention annuelle mais une reconduction tacite des accords télétravail.

Les seuls apports de ce protocole sont le fait qu'on puisse demander le télétravail par demi-journée et qu'un nombre minimal de 12 jours est donné lorsqu'un·e agent·e fait la demande de télétravail flottant. C'est bien peu par rapport aux enjeux de sa mise en œuvre. La DGFiP n'a mis en place aucune stratégie ni politique organisationnelle.

Des points fondamentaux manquent dans ce protocole :

  • la prise en charge financière des frais générés par le travail à domicile,

  • la mise à disposition d'un poste de travail complet et ergonomique,

  • des mesures de prise en compte des effets du télétravail sur la santé, les organisations du travail et les collectifs.

Solidaires Finances Publiques 56 a voté contre ainsi que l'ensemble des organisations syndicales

Questions diverses :

  • Les élu-es de Solidaires Finances Publiques 56 ont informé la Direction de la saisine de l'Inspectrice Santé et Sécurité au Travail sur le sujet des inondations à Ploërmel. Celle-ci n'avait pas été prévenue par la Direction et se rendra très prochainement sur place pour constater l'importance des dégâts, et procéder à un inventaire exhaustif des travaux à effectuer.
  • Les élu-es de Solidaires Finances Publiques 56 ont interpellé la Direction au sujet des mutations, notamment en demandant des explications sur les positionnements d'agent-es "ALD". Suite à la réforme des règles de gestion, cette affectation devait disparaitre, ou rester très marginale. La Direction indique qu'il peut s'agir d'un moyen contourné pour affecter des agent-es sur des services n'ayant pas de postes libres, en attendant les transferts de missions découlant du NRP. La Direction invite les agent-es ayant des questionnements à se manifester pour y répondre au cas par cas. N'hésitez pas à nous interpeller si vous avez des interrogations.

 

IMG 6734

 

En début de période estivale, l'intersyndicale des Finances Publiques du Morbihan continue la lutte contre le Nouveau Réseau de Proximité, dénonçant ses conséquences néfastes pour le service public et ses agent-es.

Trois actions militantes ont été menées devant les trésoreries de La Roche-Bernard, Port-Louis et Locminé. Tu trouveras ci-joint les articles de presse ayant relayés ces mobilisations, ainsi que la tribune intersyndicale envoyée aux collectivités.

 pdf24_06_21_Art_Ouest_La_Roche_Bd.pdfpdf01_07_21_Art_ouest_Locmine.pdfpdf29_06_21_art_ouest_france_Port_Louis.pdfpdf29_06_2021_art_telegramme_port_louis.pdfpdfTribune_unitaire_contre_NRP_juin_2021.pdf

Les élu-es de Solidaires Finances Publiques 56 te souhaitent un bel été festif.

Compte-rendu du CTL du 03/06/2021

Point 1 : Opérations complémentaires à la mise en place du NRP :

Le premier point à l’ordre du jour du CTL concernait des « opérations complémentaires » liées à la mise en place du Nouveau Réseau de Proximité.

En réalité, il s’agit d’une accélération du déploiement des Conseillers aux Décideurs Locaux, et des changements de sphère de compétence (le CDL de Belle-Île s’occupera également des communes d’AQTA – Auray Quiberon Terre Atlantique).

La Direction met en avant les besoins des collectivités dans ce domaine.

A noter que la commune de Théhillac (56) sera désormais gérée par Redon (35). Un fait inédit qui découle, d’après la Direction, de la volonté des élu-es locaux.

Les élu-es de Solidaires Finances Publiques ont réaffirmé leur opposition à cette réforme nocive pour notre administration et pour le service public.

Depuis 30 ans nous subissons des attaques (réorganisations à marche forcée, suppressions d’emplois,…) sous couvert de restriction budgétaire et de politique d’austérité, au détriment des services aux publics et de la santé des agent-es.

Solidaires Finances Publiques
continue et continuera à se mobiliser pour défendre les agent-es et les usager-es contre le NRP.

D’ores et déjà, des dates de rassemblement et de conférence de presse sont prévues contre la fermeture des trésoreries de La Roche-Bernard (24/06), Port-Louis (29/06) et Locminé (01/07) contre la fermeture au 1er septembre 2021

Solidaires Finances Publiques
invite tous les agent-es à nous rejoindre devant ces trésoreries. Luttons collectivement pour un service public de qualité !


Point 2 : nouvelles modalités de mise en place du télétravail.


Alors que des discussions sont toujours en cours au niveau ministériel, l’administration demande aux élu-es syndicaux de voter un nouveau protocole non-amendable sur les nouvelles modalités de mise en place du télétravail. Ce protocole doit se mettre en place au 1er septembre, alors que nous n’avons aucune visibilité sur l’avenir de la crise sanitaire !

La Direction nous indique que 400 télétravailleurs-euses sont recensé-es dans le département. Une enquête a été menée sur 38 d’entre elles, ainsi qu’auprès de leurs chef-fes de service.

Cette enquête est une commande de la Direction Générale, et n’a pas vocation à être communiquée aux Organisations Syndicales. Il s’agit d’un retour d’expérience, de la vision des chef-fes de services, et des retours qu’ils-elles ont des agent-es.

Une enquête du CHSCT du Morbihan, portée par Solidaires Finances Publiques, est en cours d’élaboration. Elle sera concentrée sur deux services différents, et a pour objectif, dans le contexte du télétravail, de mieux cibler les besoins des agent-es, qu’ils-elles soient télétravailleurs-euses ou non, visera les besoins et les problématiques matérielles et organisationnelles.

Les représentant-es Solidaires Finances au CHSCT restent à votre écoute pour faire remonter vos besoins dans ce domaine.

Les élu-es de Solidaires Finances Publiques ont rappelé que le télétravail devait rester sur la base du volontariat, et que le consentement des agent-es était essentiel.

S’il a été mis en place dans l’urgence de la crise sanitaire, d’autres solutions étaient également possibles pour éviter les contaminations : roulement des équipes, extension des plages de travail pour éviter les heures d’engorgement, banalisation des journées… Aujourd’hui, nous pouvons pointer du doigt un certain nombre d’attentes et de besoins de la part des agent-es.

Le télétravail peut parfois présenter certains intérêts sur le plan personnel et sanitaire, mais il ne faut pas nier qu’il a des effets sur les collectifs et les organisations du travail. Des tensions montent dans les services entre agent-es en présentiel et agent-es en distanciel. Les personnels en présentiel ont le sentiment d’assumer le travail qui ne peut être télétravaillé (téléphone, accueil, courriers…).

Le protocole télétravail introduit le télétravail flottant, le télétravail exceptionnel. Il n'y aura plus de campagne annuelle mais une gestion au fil de l'eau des demandes. Il n'y a plus de convention annuelle mais une reconduction tacite des accords télétravail.

Les seuls apports de ce protocole sont le fait qu'on puisse demander le télétravail par demi-journée et qu'un nombre minimal de 12 jours est donné lorsqu'un-e agent-e fait la demande de télétravail flottant. C'est bien peu par rapport aux enjeux de sa mise en œuvre. La DGFiP n'a mis en place aucune stratégie ni politique organisationnelle.

Des points fondamentaux manquent dans ce protocole :

  • la prise en charge financière des frais générés par le travail à domicile,
  • la mise à disposition d'un poste de travail complet et ergonomique,
  • des mesures de prise en compte des effets du télétravail sur la santé, les organisations du travail et les collectifs.

De plus, les élu-es de Solidaires Finances Publiques ont rappelé que le nomadisme et le télétravail sont 2 sujets différents. Les personnels nomades ne sont pas des télétravailleurs. Ce ne sont pas des modalités incompatibles mais ce n’est pas la même chose.

Les élu-es de Solidaires Finances Publiques se sont exprimé-es « contre » ce protocole tant que l’ensemble des revendications ne seront pas prises en compte, et plus particulièrement sur la définition de la présomption d'imputabilité des accidents survenus sur le lieu et pendant le temps du télétravail. Il faut comprendre que, sur ce temps, le lieu personnel devient une extension du lieu professionnel.

Enfin, les élu-es de Solidaires Finances Publiques ont demandé à ce que les refus de télétravail soient transmis aux Organisations Syndicales au fil de l’eau afin de s’assurer du respect des droits des agent-es à faire appel de cette décision de refus en CAPL.


Point 3 : Tableau de bord de veille sociale :


Le tableau de bord de veille sociale est un outil permettant à la Direction de mettre en évidence des problématiques « RH » et leurs évolutions d’une année sur l’autre pour mesurer les effets d’actions qui ont pu être menées.

En raison de la crise sanitaire, un bon nombre de ces indicateurs ont été faussés, et donc la comparaison avec l’année 2019 n’est pas pertinente.

Cependant, deux points saillants ont été relevés :

  • Des refus d’entretiens annuels de l’intégralité des agent-es d’un service pour la seconde année consécutive : sur ce sujet, la Direction ne souhaite pas communiquer sur le service concerné. Elle assure avoir travaillé sur le sujet, et indique que les tensions se sont dissipées depuis. Pour Solidaires Finances Publiques, la Direction entretient un flou, privant les Organisations Syndicales d’apporter soutiens et conseils aux agent-es concerné-es s’ils-elles en ressentent le besoin.
  • Le départ du Dr Gallet du département : le Dr Bazire est désormais seul pour assurer les consultations ponctuelles et/ou obligatoires des agent-es du Morbihan, avec un temps de travail dédié réduit. Le département se retrouve donc à nouveau dans une situation délicate sur ce sujet. Interrogée, la Direction indique qu’il n’est pas prévu que le Dr Gallet soit remplacé. Pour les élu-es de Solidaires Finances Publiques, cette réponse n’est pas satisfaisante, car les besoins sont nombreux, et un médecin à temps partiel ne pourra que difficilement les satisfaire.

Solidaires Finances Publiques revendique la présence pérenne d’un médecin du travail à 100% pour répondre aux attentes des agent-es.


Point 4 : Dispositif de rupture conventionnelle :


Solidaires Finances Publiques
a demandé à la Direction de la transparence sur le sujet : quelles sont les demandes, dans quels grades, dans quels services ? Ces informations sont essentielles au titre de la transparence pour les mouvements de mutations, et pour s’assurer que les agent-es concerné-es par des refus ne soient pas privé-es de leur droit à contester ces décisions.

La Direction indique que, sur 11 demandes, 7 ont été refusées pour « éviter des effets d’aubaines ». Solidaires Finances Publiques a dénoncé la subjectivité de ce motif, et dénonce un texte qui laisse toute latitude aux directions, sans imposer de cadre formel, ni justification aux refus. Pour Solidaires Finances Publiques, il existe un risque de dérives, et exclure les Organisations Syndicales du processus renforce le flou existant et risque de priver les agent-es de leurs droits.

Questions diverses :

  • Le passage du Tour de France dans le département : la question a été posée sur les dispositions prévues pour les agent-es : risques d’encombrements des villes, difficultés de circulations accentuées, possibles fermetures d’écoles, etc. Pour l’instant, rien n’est prévu. La Direction doit se rapprocher de la Préfecture pour obtenir plus d’informations. Les élu-es Solidaires Finances Publiques restent vigilant-es sur ces problématiques. N’hésitez pas à nous informer des situations exceptionnelles et individuelles qui pourraient se présenter à cette occasion.
  • Concernant le PCE de Lorient : une « erreur de plume » se serait glissée lors de la rédaction de la fiche de poste « Idiv » de ce service parue sur Ulysse 56. Le nombre de postes de catégorie B implantés au PCE de Lorient est de 2 (et non de 1 comme indiqué dans la fiche de poste). D’après la Direction, il n’y a pas de « plan caché » sur implantation des emplois au PCE de Lorient.
  • Sur le mouvement de mutation locale : les élu-es de Solidaires Finances Publiques ont demandé une liste de documents afin de s’assurer du bon déroulement des mutations. La Direction nous transmettra les mêmes informations que l’année dernière, en amont des réunions bilatérales qu’elle doit avoir avec chaque Organisation Syndicale. Le mouvement de mutation pourrait sortir le vendredi 18 juin (sous réserve !), soit 1 mois plus tôt que l’année dernière, laissant plus de temps aux agent-es pour organiser leurs installations. Les élu-es de Solidaires Finances Publiques porteront les situations médicales et/ou sociales des agent-es qui nous ont sollicité-es auprès de la Direction lors de cet échange informel. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos demandes de mutations sur l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Sur la saisie des déclarations IR par des vacataires : les élu-es de Solidaires Finances Publiques dénoncent ce procédé qui remet en cause la confidentialité de nos missions. Les vacataires ne doivent pas être un palliatif des suppressions d’emplois titulaires !
  • Sur des restructurations des Divisions en Direction : interrogée par les élu-es de Solidaires Finances Publiques, la Direction indique que des aménagements vont avoir lieu « de façon progressive » suite au départ d’un IP. Les élu-es de Solidaires Finances Publiques restent attentifs à ces réorganisations et aux mouvements des cadres qui pourraient en découler, en rappelant que Solidaires Finances Publiques représente tous les cadres.

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu du CTL du 17 mai 2021.

pdfCR_CTL_17_mai_2021-_Solidaires_Finances_Publiques_56-1.pdf

N'hésitez pas à le diffuser autour de vous.

Solidairement,

Les élu·es Solidaires Finances Publiques au CTL 56