CTL - Métiers et organisation de la DRFIP

Les chèques ou l'échec (de Fournel) !

Après un vaste chantage au dialogue social et une parodie de démarche participative (voir déclaration liminaire), la Direction Parisienne espérait le 15 avril dernier, -à l’issue d’un CTL « informel » d’un genre nouveau- , faire plier nos organisations syndicales respectives et obtenir d’elles qu’elles valident et cautionnent ce qui n’était au fond qu’une véritable opération d’instrumentalisation et de communication.

Les 3 organisations syndicales présentes le 15 avril dernier avaient ainsi refusé de donner à la Direction le blanc-seing attendu et pour ne pas perdre le budget alloué ont exiger de voter un vœu visant à exiger que les sommes allouées soient redistribuées à Paris directement à chaque agent.e sous forme de bon d’achat de type ethi’Kdo. Nous avions rappelé à cette occasion, le décalage entre des projets prétendant améliorer (via l’achat de ballons ou de plantes vertes …) le cadre de vie des agentes et des agents parisien.nes appelés à être structurellement dégradé sous l’effet de la démétropolisation et de son corollaire le NRP (qui nous fait perdre 12 de nos sites). Pour nous en effet, la priorité en terme de conditions de travail et de cadre de vie aurait consisté en la préservation des implantations actuelles avec leur restaurants administratifs, leurs espaces d’archivage dédié, une superficie par agent.e décente etc… plutôt qu’en l’acquisition d’aménagements plus accessoires.

Jusqu’à présent la Direction Générale s’est obstinée, même en cette période inflationniste, à refuser notre proposition commune affirmant que l’enveloppe budgétaire n’avait pas vocation à servir à « donner du pouvoir d’achat individuel à chacun.e d’entre nous ».

Monsieur le Président,

 

Le 22 octobre dernier nos organisations syndicales nationales signaient un protocole prétendant reconnaître l’engagement professionnel des agent.es.

Conscientes de l’essence de cet « objet politique et électoraliste », des limites et pièges d’une démarche entachée originellement de divers « chantages » et « pressions calendaires » exercés pour parvenir rapidement à un accord ; nos O.S ont su néanmoins faire évoluer ce dispositif (composé de trois volets) au terme d’un dialogue social pourtant contraint. Elles sont ainsi parvenues à faire en sorte que la prime proposée bénéficie au plus grand nombre et notamment à celles et ceux qui en avaient le plus besoin.

En matière de rémunération comme en matière de promotions internes, nous revendiquons toujours des mécanismes de revalorisation et d’augmentation des volumes plus pérennes.

Est-il besoin de rappeler en cette période inflationniste majeure et en l’absence de toute revalorisation réelle du point d’indice depuis 2010 (si l’on excepte les deux micro-retouches de 2016 et 2017) combien les fonctionnaires que nous sommes se sont paupérisés ces dernières années ? Ce ne sont pas les timides annonces du nouveau Ministre de la Transformation et de la Fonction Publiques, mardi dernier qui seront de nature à nous tranquilliser en la matière.

Bien au contraire son annonce d’une très insuffisante revalorisation de 3,5 % du point d’indice résonne comme une nouvelle véritable provocation.

Monsieur le Président,

Tout laisse désormais présager que la guerre en Ukraine sera un conflit long, rien ne laisse en effet entrevoir la moindre issue à court ou moyen terme. Le bilan humain s’alourdit quotidiennement, certaines régions sont totalement dévastées et les conséquences politiques et économiques du conflit alimentent une instabilité à l’échelle internationale.
Partout l’inflation atteint des niveaux préoccupants et le coût des matières premières comme des produits de première nécessité explose. En France, la question du pouvoir d’achat s’est ainsi imposée durant les dernières campagnes électorales comme la préoccupation numéro 1 de la population.

Après le deuxième tour des élections législatives marquées par un taux d’abstention record et l’expression d’un rejet de la politique d’un Président qui sera désormais privé de toute majorité absolue, les mêmes attentes demeurent et les tensions sont aujourd’hui exacerbées.
Le nouveau Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques a assuré que la revalorisation du point d’indice des Fonctionnaires s’inscrivait dans le cadre d’une volonté de redonner du pouvoir d’achat aux Français.

Toutefois, il s’est bien gardé à ce stade d’évoquer le taux de revalorisation envisagé : rien n’indique qu’il sera à la hauteur du niveau de l’inflation que nous connaissons actuellement.
On peut même légitimement penser à la lecture des déclarations de sa prédécesseure Amélie de Montchalin qu’aucun rattrapage ne sera à l’ordre du jour alors même que notre point d’indice est gelé depuis 2010.

 

Monsieur le Président,

 

Dans le cadre de la préparation des nouvelles orientations stratégiques de la DGFiP qui définiront le prochain contrat d'objectifs et de moyens, la direction générale propose une pseudo démarche participative concernant l’avenir de la DGFiP, qu’elle qualifie de grand « remue-méninges ».

L’ensemble des agentes et agents sont invité.es à répondre « librement » à différents questionnements tels que l’organisation territoriale de la DGFiP, le périmètre des missions, les méthodes de travail au sein des services et les conditions d'exercice de nos missions ou encore les relations avec les usagers et partenaires. Les personnels sont également invités à réfléchir aux forces et faiblesses de notre administration... Tout un programme !