Au mois de juin, comme tous les ans, le DGFiP a publié le rapport d’activité de notre Administration.
Il semblerait toutefois que la réalité vécue par les agent(e)s des Finances Publiques, dans l’Aude comme ailleurs, soit sensiblement différente du monde idyllique décrit dans ce document…
C’est ainsi que Solidaires Finances Publiques a souhaité diffuser un rapport beaucoup plus objectif, intitulé « le vrai rapport d’activité 2021de la DGFiP » (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/296-publication-du-vrai-rapport-d-activite-de-la-dgfip-par-solidaires-finances-publiques.html).

L’avenir est donc lourd de menaces pour notre Administration. À celles-ci s’ajoute la perte de pouvoir d’achat subie depuis 20 ans via l’absence d’indexation du point d’indice sur l’inflation. Une journée de grève interprofessionnelle sera dès lors organisée le 29 septembre (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/295-mobilisation-pour-les-salaires-le-29-septembre.html).

Outre l’augmentation nécessaire et urgente du point d’indice a minima à hauteur de l’inflation, les revendications spécifiques de Solidaires Finances Publiques sont les suivantes :
- 40 points d’Allocation Complémentaire de Fonction (ACF), soit environ 183€ mensuels ;
- la revalorisation à 250€ mensuels de l’Indemnité Mensuelle de Technicité (IMT), avec l’application du taux normal de pensions civile soit une majoration de 144€ mensuels.
Au final, une augmentation d’environ 330€ par mois, assujettis aux cotisations sociales qui financent notamment nos prestations de retraite et notre protection sociale, pour l’ensemble des personnels de la DGFiP.

La mobilisation de l’ensemble des agent(e)s des Finances Publiques doit donc être de mise dès cette rentrée. La section Solidaires Finances Publiques de l’Aude y prendra toute sa part, en impulsant notamment des actions déterminées avec l’intersyndicale audoise pour lutter contre le projet toxique dénommé « foncier innovant » au mois de septembre.

Le 21 juin, la DGFiP a publié le rapport annuel d'activité 2021 où notre Administration serait particulièrement "dynamique", "créative" et "innovante", soit la propagande habituelle pour justifier destruction de missions et saccage organisé des Finances Publiques.
Vous trouverez le dit rapport sur le lien suivant : http://ulysse.dgfip/actu/ag/2022/06/publication-du-rapport-annuel-et-du-cahier-statistiques-2021-de-la-dgfip
Afin de pouvoir disposer d'éléments contradictoires, Solidaires Finances Publiques vient de publier le "vrai rapport d'activité 2021 de la DGFiP" (en pièce jointe) : disparition des services de proximité, suppressions de postes d'agent(e)s, lutte contre la fraude et l'évasion fiscales sacrifiée sous couvert d'"intelligence artificielle" et de "modernisation des process", agent(e)s maltraité(e)s au quotidien, etc.
Bref, un réquisitoire contre la politique menée et défendue par le DGFiP depuis de trop nombreuses années.


pdfLe_vrai_rapport_dactivité_de_la_DGFiP.pdf

Selon les dernières estimations, l'inflation aurait augmenté en juillet par rapport à l'année précédente de 6,10%, après 5,80% en juin.
Or, le gouvernement a accepté une augmentation du point d'indice des fonctionnaires de 3,50% à partir du mois de juillet...
Par ailleurs, le groupe de travail du 7 juillet réuni par la Direction générale avec les organisations syndicales représentatives n'a, pour l'heure, donné aucun résultat pouvant satisfaire les agent(e)s des Finances Publiques en matière de revalorisation de nos traitements.
Ci-joint le tract intersyndical marquant l'échec des négociations avec la DGFiP.
Le mépris porté par le Gouvernement envers les légitimes revendications des personnels œuvrant au quotidien pour le service public, de même que celui de la DGFiP envers les agent(e)s, nécessitent des réponses fortes  et déterminées dès la rentrée.
C'est ainsi que l'union syndicale Solidaires appelle dès le 29 septembre à une journée de grève interprofessionnelle avec une mobilisation à la hauteur des attaques portées contre nos rémunérations (voir le tract joint).

pdfTract_intersyndical_7_juillet_2022.pdf

pdftract_appel_Solidaires_29_septembre.pdf

L’actualité départementale mensuelle est marquée par la tenue de plusieurs instances qui ont confirmé que l’amélioration des conditions de travail des agent(e)s ne constituait pas a priori la priorité de notre DDFiP...

Le 28 juin, le Comité Technique Local (CTL) a été l’occasion pour les élu(e)s Solidaires Finances Publiques de poser beaucoup de questions sans toutefois récolter en retour les réponses appropriées… (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/290-ctl-du-28-juin-2022-des-questions-mais-pas-de-reponses.html).

Quant au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) du 5 juillet, il s’est limité à un déni de la réalité de la souffrance au travail vécue par de plus en plus d’agent(e)s du département (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/291-chsct-du-5-juillet-le-deni-de-la-realite-de-la-souffrance-au-travail.html).

Enfin, la réunion de la Commission Administrative Paritaire Locale (CAPL) de recours suite à entretien d’évaluation du 30 juin sera la dernière malgré les bienfaits, notamment en termes de transparence, que celles-ci pouvaient apporter (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/293-capl-recours-entretien-d-evaluation-agent-e-s-de-categorie-c-du-30-juin-2022.html).

Solidaires Finances Publiques persistera à réclamer de meilleures conditions de travail pour les agent(e)s mais également le maintien de nos statut et fonctions, tout comme l’augmentation de nos traitements scandaleusement gelés depuis 20 ans.

C’est ainsi qu’à l’initiative de notre section, une manifestation intersyndicale s’est déroulée le 30 juin devant la cité administrative (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/286-pour-la-revalorisation-de-nos-remunerations-rassemblement-le-30-juin.html).

Ce rassemblement a donné lieu à un article dans la presse locale (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/289-mobilisation-du-30-juin-pour-la-revalorisation-de-nos-traitements-l-article-de-l-independant.html).

Combat également en intersyndicale contre la généralisation du « foncier innovant » avec la première délibération d’une commune de l’Aude se prononçant contre une procédure visant à supprimer à terme emplois et mission (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/285-contre-foncier-innovant-premiere-deliberation-dans-l-aude-et-pas-la-derniere.html).

Enfin, la section a souhaité interpeller directement le DGFiP au sujet de l’opération pompeusement intitulée « remue méninges », plutôt que de participer à la mascarade de « concertation » organisée par le DDFiP de l’Aude (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/287-operation-remue-meninges-solidaires-finances-publiques-11-saisit-le-dgfip.html).

La dernière information concerne la demande d’autorisation d’absence exceptionnelle pour les agent(e)s du Service de la Publicité Foncière et de l’Enregistrement (SPFE) de l’Aude effectuée par la section le 18 juillet  suite à l’indisponibilité de l’application Fidji le 22 juillet (https://sections.solidairesfinancespubliques.info/110/292-autorisation-d-absence-22-juillet-agent-e-s-du-spf.html).

La DDFiP de l’Aude, contrairement à d’autres départements (Ariège, Hautes-Pyrénées) a d’ores déjà répondu par un refus indiquant que « cette indisponibilité ne doit pas entraîner de fermeture de services » (n’y-a-t-il pas eu de « fermeture de services » lors du passage du tour de France à Carcassonne le 19 juillet ?) et que les agent(e)s feront du « classement » !

Encore une fois, voilà la considération dont font preuve nos dirigeant(e)s, particulièrement les audois(es), à l’encontre des agent(e)s.