Réformes des retraites la lutte continue 23, 24 janvier 2020

Une majorité de la population soutient la mobilisation contre la casse du modèle social français incarné dans toute sa brutalité par le projet de réforme des retraites et des pensions. Contrairement à ce que prétend la propagande gouvernementale, la mobilisation syndicale et citoyenne n’est pas arrivée à son terme. Il ne tient qu’à nous de l’intensifier.

Dans la foulée de la journée de grève du 16 janvier où des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour le retrait du projet de retraites par points, les actions continuent dans de nombreux secteurs comme au niveau interprofessionnel, avec de nouveaux moments forts les 22 et 23 janvier et le 24 janvier une journée de grève interprofessionnelle.
Pour nous, agents de la DGFiP, ce projet totalement inutile et profondément antisocial, entraînera une baisse des pensions de 20 à 30 % : c’est inacceptable !

NOS REVENDICATIONS :

  • Amélioration et consolidation de nos régimes de pensions, ce qui implique en premier lieu l’abandon pur et simple de la réforme visant à instaurer un régime unique de retraite par points ;
  • Augmentation et rattrapage de la valeur du point d’indice ;
  • Égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes ;
  • Créations d’emplois statutaires et plan de titularisation des contractuels ;
  • Défense de nos statuts, des missions publiques, abandon des privatisations et externalisations et leurs réintégrations, ce qui implique l’abrogation de la loi dite de transformation de la fonction publique et l’abandon du plan Darmanin à la DGFIP ;
  • Lutte efficace contre la fraude et l’évasion fiscale ;
  • Une politique fiscale véritablement redistributive ;
  • Fin des niches sociales et fiscales socialement injustifiées.

23 janvier retraites aux flambeaux :

  • Bordeaux : 18h30 - Place Stalingrad, puis parcours : Quai, Esprit des lois, Place Comédie.
  • Limoges : 18 h - Carrefour Tourny
  • Poitiers : 17h - Gare de Poitiers
  • Toulouse 19h Métro Jean Jaurès

24 janvier manifestations :

  • Bordeaux : 11h30 - République
  • Limoges : 10h30 - Carrefour Tourny
  • Poitiers : 14h - porte de Paris
  • Toulouse : 10h - St-Cyprien

 

Tract intersyndical - le 24 janvier 2020, tous et toutes en grève et en manifestation !

CTL Emplois boycott général intersyndical

L'intersyndicale de la DISI Sud-Ouest Solidaires/CGT/FO/CFDT a décidé de boycotter les 2 convocations du CTL "emplois" de la DISI Sud-Ouest qui se tenait les 8 et 14 janvier 2020.

Solidaires Finances Publiques DISI Sud-Ouest a décidé de ne pas siéger à ce CTL, car :

  • Nous voulions également réagir face au projet de réforme des retraites dont nous exigeons le retrait, et dénoncer le nouveau réseaux de proximité mis en place à la DGFiP.
  • Le seul sujet à l'ordre du jour était l'annonce des suppressions d'emplois de notre direction qui ne se sont ni amendables ni négociables par les organisations syndicales.

Grâce à un transfert de 15 emplois de SSI, qui ont été récupérés via des restructurations d'autres sites, la DISI Sud-Ouest tente de nous enfumer en annonçant un bilan net de +5 emplois, mais avec de fortes variations entre ESIs : Poitiers prends "cher" à nouveau -5 emplois -> CF le détail dans le tract ci-dessous.

En réalité, nous ne sommes pas dupes, même si la direction nous fait remarquer souvent que nous ne comprennons rien, 48 postes restent vacants à la DISI-SO, combien seront supprimés au 01/01/2021 ?

Nous attendions dans les documents de ce CTL une réelle adéquation entre les répartitions de postes et les répartitions de missions, et force est de constater que ce n'est pas le cas. Une fois de plus, il y a une réelle incohérence entre les discours et les actes.

Incohérence également pour notre collègue de la CID 47, à qui on a annoncé abruptement la fermeture de son site d'affectation en fin d'année dernière, sans que cette fermeture ne figure dans les documents de ce CTL. Notre collègue prend cette décision comme un acte de représailles, alors qu'il est à moins de deux ans de la retraite, et que la fermeture de ce site n'est absolument pas indiquée dans la carte du Nouveau Réseau de Proximité de son département. Pourquoi dans ces conditions lui imposer ce changement, qui n'est même pas justifiable budgétairement ? Nous apportons notre soutien à notre collègue devant cette décision arbitraire et absurde.

Pour conclure, à Solidaires Finances Publiques, nous faisons le voeu que la gestion managériale s'améliore significativement, pour tous les agents, et qu'elle ne puisse plus être critiquable voire condamnable au Tribunal Administratif, à Bordeaux comme partout ailleurs à la DISI Sud-Ouest.

Ci-joint :

 

81137551 10158073414018552 8860304131902930944 o

L’heure est à l’explosion sociale !!!!!
Face à l’arrogance d'Emmanuel Macron et autres imposteurs oligarques, Toutes et tous Ensemble on va gagner , mais la victoire dépendra de notre détermination ...
 

Depuis le 5 décembre 2019 (prés de 45 % de grévistes à la DGFIP) et plusieurs autres « temps forts », le mouvement social contre le projet de réforme de retraite ne faiblit pas. Il a pris différentes formes : des manifestations sur l'ensemble du territoire aux actions festives et visibles.

Ce 9 janvier marque un nouveau temps fort dans la mobilisation à l’appel de l’intersyndicale interprofessionnelle…

Avec la mise en place de la réforme à point, les agentes et agents des Finances publiques tout comme l'ensemble des salarié·es du privé et du public seront perdant·es .

Nos simulations, basées sur des carrières complètes de fonctionnaires avec intégration à 100 % des primes, avec un départ à 62 ans donnent des résultats sans appel :

- Moins 452 € par mois pour un agent ou une agente

- Moins 538 € par mois pour un contrôleur/se principal·e

- Moins 121 € par mois pour un inspecteur/trice

- Moins 119 € par mois pour un inspecteur/trice principal·e

Bien sûr, si l'on tient compte de l'âge pivot sur lequel le gouvernement ne semble pas prêt à faire de concession (minoration de 10% du montant de la pension pour un départ à 62 ans ou de 5 % pour un départ à 63 ans), le manque à gagner sera encore plus important !

Manifestations Jeudi 9 janvier 2020 :

  • Bordeaux : 11h30 - République
  • Poitiers : 14h Restaurant Universitaire Rabelais (Campus)
  • Limoges : 10h30 CARREFOUR DU CLOS MOREAU (DEVANT LA STCL)
  • Toulouse : 10h St Cyprien

Manifestations Samedi 11 janvier 2020 :

  • Bordeaux : 14h - Miroir d'Eau
  • Poitiers :  14h Stade de la Madeleine
  • Limoges : 15h Carrefour Tourny
  • Toulouse : 14h Jean Jaurès

Toutes et Tous en grève et en manifestation le 9 janvier 2020 pour exiger le retrait du projet !

82008888 836148183481178 762460727737843712 n

Tract : Nos Retraites...Sacrifiées !

pdfRetraite_par_les_salariés_DG_de_lInsee.pdf

 

On n est pas fatigue

 

Ce mardi 17 décembre à l’appel de nos organisations syndicales CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, FIDL, UNL, a été un nouveau temps fort impressionnant tant par la mobilisation que par les grèves. Plus de 260 cortèges ont été organisés sur l’ensemble du territoire.

La journée de gréve et de manifestation du 17 décembre est une réussite à la DISI Sud-Ouest 22,76 % - 14,50 % à la DGFIP :

  • DISI Siège 4,55 %
  • ESI Bordeaux 27,91 %
  • ESI Limoges  5,56 %
  • ESI Poitiers 35,25 %
  • ESI Toulouse 9,38 %

pdfLe communiqué des organisations syndicales interprofessionnelles :

Quelques jours après la présentation du projet du gouvernement, cette mobilisation est un nouveau signe du rejet massif du projet de retraite à points, en dépit des tentatives grossières de décrédibiliser les actions multiples, dont les grèves reconductibles.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, FIDL et UNL soutenues par une majorité grandissante de la population, demandent au gouvernement le retrait total du projet sans délai. Elles rappellent leur disponibilité pour discuter d’un autre projet pour le renforcement et l’amélioration du système actuel par répartition, solidaire et intergénérationnel.

Nos organisations appellent l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève, y compris reconductible là où les salarié-es le décident, pour maintenir et augmenter le rapport de force.

Sans annonce du retrait, il n’y aura pas de trêve. Nous appelons à organiser des actions de grève et de manifestation partout où c’est possible, notamment le 19 décembre par des mobilisations locales et ce, jusqu’à la fin de l’année.

Sans réponse du gouvernement dans les heures qui viennent, elles décideront des suites nécessaires, au-delà du mois de décembre.