Ouverture des emplois de direction et statut d'emploi des directeurs : de quoi parlons-nous ?

La situation sanitaire a conduit la Direction Générale à prendre des dispositions exceptionnelles en matière d'organisation du travail et d'exercice des missions. La première des dispositions, qui est sans conteste la plus emblématique, réside dans le fait qu'au plus fort de la crise, plus de 80 % des personnels étaient soit en ASA, soit en télétravail. Cette situation inédite a conduit des milliers d'agentes et d'agents à être confrontés à un bouleversement inhabituel de leurs repères professionnels.

Une autre disposition figure également en pôle-position, la mise en œuvre du PRA (plan de reprise d'activité) et la réouverture progressive des services à l'activité à compter du 11 mai.

La Direction générale a livré son plan de reprise d’activité (PRA). S’il donne un cadre national général, son adaptation locale concrète soulève d’ores et déjà de très nombreuses interrogations et risque bien de prendre la forme d’une usine à gaz pour l’ensemble des personnels.

A l’évidence, pour l’application du PRA, les cadres et les chefs de service vont être particulièrement sollicités. Ils auront à gérer un quotidien, déjà compliqué avant la crise, qui s’annonce évolutif dans un contexte inédit. Disons-le d’emblée, la tâche s’annonce ardue et la ligne de crête bien étroite. Le risque de dévissage existe.

Mouvements sur les postes comptables de catégorie C1 - année 2020... les premières remontées transmises à la Centrale

Mouvement AFIPA 2020