Bonjour à toutes et à tous,

 Nous avons convenu avec la direction de faire un point régulier sur les mesures adoptées, l’évolution des cas detectés ou simplement suspect en l’absence de dépistage.

Nous avons convenu également de faire remonter les situations problématiques.

Le comité de direction a fait un point sur l’orga au 19 mars. Vos chefs de service ont dû vous tenir informés. Quelques infos ci-dessous :

 - des passages pourront être organisés si vous avez des problèmes informatiques ou si vous devez récupérer un ordinateur.

-Il faut informer la direction des difficultés avec les frais des déplacements qui n’ont pas pu être effectués.

-Il faut signaler les agents malades ou contaminés.

Pour ceux qui n’ont pas de connexion pro, vous trouverez en bas de ce message le mail de la RH de ce jour.

 N’hésitez pas à nous solliciter en cas de problème ou si vous avez des questions.

J’ai une connexion VPN donc j’ai accès à ma boite pro mais vous pouvez utiliser mon adresse perso. : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou sur mon portable : 06.03;13.18.31

Donnez- nous des nouvelles et donnez-moi une adresse perso si vous n’avez pas de connexion à votre boite pro. Faites le savoir aux collègues.

 Les mouvements de mutation sont décalés. Nous vous tiendrons informés le plus rapidement possible

 La centrale est en lien avec les bureaux nationaux: vous pourrez trouver des infos sur le site national : https://solidairesfinancespubliques.org/coronavirus.html

Vous trouverez également des infos sur le site de la section de Paris que les copains militants mettent à jour très régulièrement. Il y a bien plus de situations problématiques à la DRFIP.

Nous ferons une demande générale à la direction après la crise au sujet des conséquences et suites de cette crise, en matière d’objectifs, de remboursement etc. Nous évoquerons les situations personnelles.

Faites nous part de vos problèmes. Donnez -nous des nouvelles. Et surtout :
Prenez soin de vous

Des messages humoristiques circulent. Cela fait du bien de rire un peu. Pour ceux qui ont des enfants et doivent télétravailler, je vous propose deux solutions

 

IMG 0271

Mail de la RH du 26 mars.

Bonjour à tous,


Vous trouverez ci-dessous des informations actualisées en matière RH et qui répondent, pour partie, aux questions posées par certains d'entre vous.

Les fonctionnaires et assimilés qui sont confinés et qui ne peuvent pas télé-travailler bénéficient d'autorisations d'absence CA030 "contraintes particulières".

Le dispositif AMELI mis en place pour les salariés ne s'applique pas aux fonctionnaires.


Les autorisations d'absence pour les agents amenés à rester chez eux (CA030) n'auront aucune incidence sur l’acquisition des droits ARTT.

Les agents malades (quelle qu'en soit la cause) doivent toujours disposer d'un arrêt de travail "classique". Je vous rappelle qu'il faut adresser les volets 2 et 3
au service RH et ne pas envoyer le volet 1.


Suspension du jour de carence
:

la loi n°2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de COVID 19 suspend en son article 8 l'application du jour de carence dès le premier jour des arrêts de maladie délivrés
à compter du jour de publication de la loi soit le 24 mars 2020.

Situation des télétravailleurs

- Saisie à faire dans votre espace RH : 
A l'exception des agents nomades, je vous rappelle que vous devez poser vos journées en "télétravail" pour ceux qui sont en télétravail de manière habituelle et en "Mission" pour ceux qui sont en télétravail pendant la période de confinement.  Je vous remercie de respecter cette consigne indiquée dans mon message du 13 mars.

- Pose de congés de détente par les télétravailleurs pendant la période de confinement :
la question est en cours d'expertise.


Retraite :
Dans le contexte de la crise sanitaire, le Service des retraites de l'Etat continue d'assurer l'instruction (et la mise en paiement) de toutes les demandes de départ à la retraite ayant une date d'entrée en jouissance inférieure à 2 mois.

Je vous rappelle que le site retraitedeletat.gouv.fr permet d'accéder à des informations en temps réel ainsi qu'à des formulaires de demandes en ligne, actualisés et adaptés en cette période exceptionnelle. Le site de l'Ensap permet également d'accéder à son compte personnel sécurisé.

Je vous remercie de signaler directement sur la balf RH tout problème de santé ou difficulté rencontrée et je remercie les chefs de service
de transmettre ces informations aux agents non équipés.

Bon courage à tous!

Manuelle MAHEO



 

 

 

Compte-rendu de l’audioconférence entre les organisations syndicales de Paris et le DRFIP du 16 mars 13H30

 Ce compte-rendu nous le savons risque pour une partie d’être caduc très rapidement au vu de l’évolution de la situation. La DRFIP suite aux annonces gouvernementales met aujourd’hui en œuvre son Plan de Continuité d’Activité (PCA) au vu de la situation exceptionnelle que nous vivons.

En sachant que beaucoup de choses risque de changer après l'intervention d'Emmanuel Macron ce soir.

Suite à notre demande des réunions quotidiennes auront lieu entre les OS et la DRFIP 75.

 Ouverture au public :

Tous les services de la DRFIP sont depuis ce matin fermés au public sans aucune exception. Les RDV devront être annulés ou être faits à distance (téléphone, mail…).

 Des missions prioritaires :

La DRFIP avec l’appui de la DG a défini des missions prioritaires pour l’ensemble de nos métiers (gestion fiscale, contrôle fiscal, Gestion Publique d’État, Service Publique Local, PPR…). Pour ces missions qui sont en train d’être définies, un certain nombre d’agent.es non empêchés (garde d’enfants, maladie, quatorzaine…) devront continuer de travailler soit en télétravail (si ils ont le matériel et si les applicatifs le leur permet) soit venir sur leur site pour assurer les missions. Les chef.fes de services en lien avec les chefs de pôles devront définir le nombre d’agent.es nécessaires pour ces missions prioritaires (le roulement sera possible).

Nous sommes conscient.es que notre service public est utile à la nation (ce qu’avait oublié nos gouvernants) et que certaines de nos missions sont prioritaires. Mais pour les agent.es concerné.es, la direction doit assurer leur sécurité et dans ce sens nous demandons :

- la prise en charge des places de parking afin que les collègues puissent venir au travail sans avoir à prendre les transports en commun, ainsi qu'une prise en charge des frais de carburant. Pour les collègues n’ayant pas de véhicules, une prise en charge d’un transport individuel (Taxi, Uber…)

- La mise en place d'un système assurant les repas au vu de la fermeture programmée de nos restaurants administratifs ou à défaut l'indemnité journalière de 17,50€ prévue à cet effet.

- La mise à disposition de gel hydro-alcoolique.

 Des missions non prioritaires :

Les agent.es des missions non prioritaires pourront rester chez eux, soit en télétravail pour celles et ceux qui ont le matériel soit en autorisation d’absence exceptionnelle. Les agent.es des missions non prioritaires pourront être « mobilisés » pour aider certaines missions. Dans ce sens, les chef.fes de services vont demander à tous les collègues leur téléphone portable ainsi que leur mail perso.

 Autorisations d’absences exceptionnelles :

Ce sont les chef.fes de service qui font la démarche pour l’ensemble des agent.es.

 Télétravail sans garde d’enfants :

Pour toutes les télétravailleuses et tous télétravailleurs extension pour tous les jours de la semaine.

 Télétravail avec garde d’enfants :

Pour Solidaires Finances Publiques comme pour toutes les organisations syndicales présentes (CGT et FO) : garder ses enfants et leur faire classe pour la plupart n’est pas compatible avec le fait de travailler, nous demandons des autorisations exceptionnelles d’absences pour tous les parents gardant leurs enfants et ayant une convention de télétravail. Là-dessus, désaccord avec la direction qui questionne une nouvelle fois la DG.

 Aménagements d’horaires :

dans la note envoyée par le Secrétariat Général à tous les agent.es de la DRFIP, il est indiqué pour celles et ceux dans l’obligation de venir sur leur lieu de travail d’éviter de prendre les transports en commun pendant les heures de pointe. Les organisations syndicales ont demandé de banaliser les journées de travail des agent.es concerné.es.

 Vacataires :

La direction a demandé aux vacataires du mois de Mars de rester à la maison. Leur rémunération sera maintenue jusqu’à la fin du mois. Pour celles et ceux qui étaient prévus en avril, leurs contrats sont suspendus jusqu’à nouvel ordre et seront repris à la fin de la crise sanitaire.

 Campagne d’entretiens professionnels:

Tout est suspendu.

 Annonces sur le NRP :

Aux dernières nouvelles, elles devaient être faites fin mars/début avril. Au vu de la crise sanitaire, elle risque d’être reportée.

Pour Solidaires Finances Publiques, cette crise sanitaire prouve, s’il en était besoin, de la nécessité d’avoir des services publics de proximité et de qualité et que nos missions sont d’utilité pour l’État. Il faut donc annuler la réforme en cours qui consiste à la destruction de notre service public.

 

TOUS ET TOUTES EN GRÈVE

ET A LA MANIFESTATION

DE MONTPARNASSE A PLACE D’ITALIE

LE JEUDI 16 JANVIER

Le 11 décembre, le Premier Ministre a annoncé les contours de la réforme systémique des retraites, dont l’essentiel était déjà connu, ainsi que de la réforme paramétrique qui l’accompagnait, afin d’atteindre la « règle d’or » d’équilibre financier en 2025. Malgré les inquiétudes sinon le rejet de sa réforme exprimées par les mobilisations successives, le gouvernement reste « droit dans ses bottes » et prêt à passer en force.

Les quelques concessions – qu’il a faites aux uns et aux autres pour diviser – ne changent pas la philosophie du projet. La réforme paramétrique qui s’appliquera à tous s’appuie sur la mise en place d’un âge « pivot ». D’autre part, la réforme systémique s’appuie sur la mise en place du système à points, avec la remise en cause du système de calcul de l’assiette servant à la liquidation de la pension. Celle-ci s’appliquera à partir de la génération 1975. Même pour ceux nés avant, il y a tant à perdre !

La réforme paramétrique : la mise en place de « l’âge pivot » ou d’équilibre :

Alors que le gouvernement prétend ne pas reculer l’âge légal de départ en retraite, il n’abandonne pas pour autant le principe de la mise en place d’un âge pivot à 64 ans qui sera progressivement mis en place à compter de 2022 et ce jusqu’à 2027.

Une décote de 5 % s’appliquera à ceux qui partiraient entre 62 ans et 64 ans. Ainsi, le

gouvernement veut nous inciter à travailler plus longtemps. Le discours consistant à dire qu’on ne veut pas supprimer l’âge légal de départ en retraite, tout en le reculant de fait est spécieux.

L’âge pivot s’applique à toutes les générations nées à compter de 1959 ! C’est cette réforme paramétrique qui lui a valu de perdre les syndicats dits « réformistes »

La réforme systémique : la mise en place du système à points :

Celui qui résume le mieux cette réforme c’est François FILLON, qui a prononcé cette phrase devant les organisations patronales le 9 mars 2016 : « Le système par point en réalité permet une seule chose, qu’aucun homme politique n’avoue, c’est de baisser chaque année, le montant, la valeur du point et donc de baisser le niveau des pensions. »

Le Premier Ministre a annoncé que la valeur de rachat du point ne pourra pas baisser. En revanche, elle pourra donc être gelée (ne pas augmenter, comme notre point d’indice). Actuellement, 10 € cotisés donneront droit à 0,55 € de pension. Cependant, le rendement définitif du point sera acté en 2024 selon les hypothèses économiques qui prévaudront.

Mais il existe d’autres variables d’ajustement : l’âge pivot, le taux de cotisation, la valeur d’achat du point. On peut donc imaginer que demain l’âge pivot sera à 67 ans, qu’il faudra cotiser 20 € pour un point… et comme notre mode de calcul de la pension va changer, nous sommes les grands perdants !

Le gouvernement promet qu’une pension minimale de 1 000 euros serait garantie… pour une carrière complète au SMIC. À noter qu’une telle carrière aujourd’hui génère une pension de 970 euros. 30 € ! Bravo à l’effort consenti ! Tout le monde aura compris que ceci ne règle pas le problème des carrières heurtées, ni celles des agriculteurs ou des commerçants qui n’ont aucune garantie d’avoir une carrière complète au SMIC.

La réforme du mode de calcul : la carrière complète :

Après la réforme dans le public, comme dans le privé , la pension sera calculée sur l’ensemble de la carrière y compris les moins favorables en termes de salaire, y compris les années blanches de chômage.

Mais alors me direz-vous : que prévoit le gouvernement en matière de prise en compte des primes ?!

« Pour les fonctionnaires concernés par la réforme, l’assiette et les taux de cotisation seront harmonisés entre fonctionnaires et salariés : les fonctionnaires cotiseront désormais sur leurs primes qui représentent en moyenne 22 % de leur rémunération. En outre, pendant la période transitoire de 15 ans pendant laquelle le taux de cotisation salarial sur les primes augmentera progressivement (afin de limiter l’impact sur le pouvoir d’achat des fonctionnaires), l’employeur prendra à sa charge le différentiel entre le taux salarial cible et le taux transitoire plus faible, afin que l’agent puisse se constituer des droits sur l’intégralité de ses primes dès l’entrée en vigueur du système universel. »

Le fait que ces cotisations augmenteront est inscrit dans le marbre mais pour la prise en compte des primes dans le calcul de notre retraite, c’est trop flou

En d’autres termes, le traitement net va baisser tout au long de la carrière  et nos retraites aussi

« Afin de favoriser la transition entre l’activité et la retraite et d’accompagner l’allongement de la vie active, la possibilité de stocker sur un compte épargne-temps des jours à prendre en fin de carrière à temps partiel, sera ouverte et encouragée. »

On nous explique simplement que l’on va assouplir le CET afin que vous travailliez plus

longtemps pendant que vous êtes « encore » en bonne santé.

Heure mensuelle d’information sur les retraites

Les bureaux des sections Solidaires Finances Publiques

DNEF et DVNI organisent une HMI pour répondre à toutes vos interrogations sur la réforme des retraites

 

Jeudi 4 décembre 2019 à 11 heures

En présence de Verveine Angeli, spécialiste du sujet des retraites à Solidaires

SALLE
RDC de la DVNI

HMI déposée auprès de la DNEF. Tu peux donc t'absenter de ton service pendant cette heure, tous les chefs de services sont informés.

Merci de diffuser ce message auprès des collègues