A l'heure ou les chiffres du « Tableau de Bord de Veille Sociale » 2018 (TBVS*) nous ont été communiqués pour les Alpes Maritimes (voir quelques données hallucinantes un peu plus loin dans l'article), la dernière petite sortie médiatique du ministre DARMANIN fait tâche...

Ce dernier a en effet déclaré au sujet du projet de « nouveau réseau de proximité – géographie revisitée – démétropolisation » (accrochez-vous au placard) :

« Nous ne faisons pas cette réforme pour les personnels, mais pour le service public et ses usagers ».

Dans la série des petites phrases qui en disent long sur l'état d'esprit de ceux qui nous dirigent, nous avons ici concentré tout le mépris que le gouvernement actuel affiche à l'encontre de ses agents. Au cas ou certains se faisaient encore des illusions sur la considération du ministre pour les personnels de la DGFIP…
Sans compter l'hypocrisie qui consiste à annoncer que le service rendu au public sera meilleur avec la fermeture de centaines de trésoreries, le déménagement de centaines d'autres services, les suppressions massives de postes etc.

Comment répondre à ces provocations permanentes ?

Les chiffres du TBVS :

  • Pour l'ensemble de la DDFIP des Alpes Maritimes, c'est encore 7 620 heures qui ont été écrêtées en 2018, soit environ 1000 jours de travail.

  • Pour la DGFIP c'est 425 473 heures perdues, soit plus de 55 000 jours de travail (équivalant à plus de 250 emplois).

Ces chiffres donnent le tournis...

Alors levons le pied !

  • Refusons la pression des indicateurs. Si les statistiques sont mauvaises, c'est parce que la DG supprime des emplois ou ne pourvoit pas ceux qui sont vacants. Si elle refuse de nous donner les moyens qui permettraient à nos services de remplir les objectifs fixés, ce n'est pas notre problème. Il s'agit de LEURS statistiques.

  • Arrêtons de nous faire écrêter des heures à la pointeuse. Nous sommes payés 38h30 par semaine + 1 journée maximum de récupération d'horaires variables par mois. Au-delà, si vous perdez des heures, c'est tout bénéfice pour l’administration car vous travaillez gratuitement...

  • Prenons l'intégralité des congés auxquels nous avons droit : des centaines de journées de congés sont perdues chaque année (pas prises, pas versées au CET, pas indemnisées ni même basculées sur le RAFP).

  • Arrêtons de mettre en péril notre santé et nos vies privées pour cette administration qui ne se montrera jamais reconnaissante pour tous les sacrifices que nous faisons.

  • Plutôt que de nous diviser entre collègues (ce qui fait le jeu des directions locales), unissons-nous contre les véritables responsables de la débâcle qui nous guette et inversons le rapport de force.

  • Enfin, lors de la votation qui sera sous peu organisée par les organisations syndicales (nous en fignolons les dernières modalitées), exprimons-nous massivement CONTRE tous les projets qui prévoient de démanteler la DGFIP !

* Le TBVS recense les indicateurs permettant d'évaluer les conditions de vie au travail au sein des services

Ci-dessous, le tract du bureau national de Solidaires Finances Publiques + cette publication en format tract

pdf2019-10-09_-_la_DGFIP_nous_prend_pour_des_pions_-_tract_BN.pdf

pdf2019-10-09_-_la_DGFIP_nous_prend_pour_des_pions_-_levons_le_pied_-_tract.pdf