JEUDI 10 OCTOBRE 2019

L'intersyndicale Solidaires Finances Publiques, CGT Finances Publiques et FO Finances Publiques vous propose plusieurs actions sur les plages variables contre le projet NRP-Géographie revisitée :

Distribution de tracts et signature de la pétition devant tous les centres (de 8h15 à 9h30)

10 10 19 1

 

Participation à la votation intersyndicale à la direction (de 7h15 à 9h30)

10 10 19 2

 

10 10 19 3

 

 

 

 

grève pourcentage

Nous étions une centaine, ce mardi 1er octobre 2019 pour une manifestation avec les collègues des différents sites (à noter que les copains et copines d’Annonay se sont rassemblés de 8h30 à 9h30 ce même jour), quelques élus et usagers.

20191001 101223

20191001 100338

20191001 101206

20191001 100325

20191001 101405

La couverture médiatique a été bonne puisque étaient présents France 3 et Le Dauphiné Libéré.

2019 10 02 09 01 17 Privas Ardèche le centre des finances publiques fermé pour grève France 3 page 1

2019 10 02 09 02 16 Privas Ardèche le centre des finances publiques fermé pour grève France 3 page 2

 

2019 10 02 09 07 40 Privas Une centaine de manifestants à Privas contre la fermeture des Trésoreri page 1

2019 10 02 09 08 16 Privas Une centaine de manifestants à Privas contre la fermeture des Trésoreri page 2

Le cortège a démarré vers 10h30 :

20191001 110249

 

 

Nous avons fait une minute de silence devant la préfecture en hommage des 5 collègues qui se sont suicidés à la DGFIP en seulement 2 mois.

20191001 110532

Arrivés devant la DDFIP nous avons été accueillis par M. BLUTEAU qui nous a dit que le directeur voulait bien recevoir les OS dans la salle de réunion aussi nous sommes tous montés au 3ème pour le rencontrer.

 20191001 112422

Le discours se veut toujours très rassurant quitte parfois à flirter de très, très, très près avec la mauvaise foi tout en accusant un représentant de Solidaitres Finances Publiques de mentir !!!  Il n’y aura acun déplacement d’office en Ardèche assène M. GRANGERET ! On a du mal a y croire quand tous les outils juridiques sont prévus dans la loi de transformation de la fonction publique ! Quid des 2 copines de Villeneuve de Berg qui ont été obligées de rejoindre la résidence de Le Teil ?

20191001 113515

Les collègues ont pu s’exprimer et mesurer les difficultés rencontrées face à une communication bien huilée où on nous explique que deux personnes bien formées à tous les métiers de la DGFIP dans une MFS pourront rendre le même service que les collègues dans nos implantations actuelles. Le pire, c’est que ces messieurs à force de le répéter, ont l’air d’y croire !

M. GRANGERET nous a convié (les 3 secrétaires des OS du département) à une réunion informelle ce vendredi pour nous exposer les aménagements envisagés à son projet de géographie revisitée en Ardèche. Il aurait pu à notre avis nous les présenter à l’occasion de notre venue mais il nous a expliqué qu’il n’avait pas encore l’aval de la DG pour le faire …

 Pour Solidaires Finances Publiques, nous ne doutons pas que cette nouvelle version tentera de nous diviser pour mieux nous faire avaler la pillule de cyanure. Les seules garanties que pourrait donner M Grangeret ne seraient valables en tout état de cause que jusqu'en 2022.

 A l’issue de cette entrevue les agents présents ont voté à une très large majorité pour que nous n’allions pas à cette pseudo rencontre de concertation. Concertation qui n’existe que dans les déclarations des pouvoirs publics.

 Nous restons donc sur notre exigence de retrait pur et simple du projet de géographie revisitée en Ardèche et nous surveillerons tout de même ce vendredi le site Pont d’Arc d’un œil attentif !

 En attendant vos propositions d’actions et remarques diverses, rendez-vous est déjà pris avec l’intersyndicale ardèchoise pour une action lors du congrès des maires de l’Ardèche le jeudi 24 octobre à Davezieux.

Si tu veux pas être "niqué" ! Just do it !

Grève et manifestation du mardi 1er octobre 2019

Ce matin nous avons envoyé un courriel à tous les maires du département reproduit ci-après, avec le document en PJ :

Madame la Maire, Monsieur le Maire,

Par la présente, les organisations syndicales de la DGFiP de l'Ardèche vous alertent sur la réalité et les conséquences du projet des pouvoirs publics concernant l’évolution du réseau territorial de la Direction générale des Finances publiques (DGFiP). Ce projet, qui a déjà suscité de vives réactions de nombreux élus locaux, est aussi l’affaire des parlementaires. D’ici 2022, il vise à réorganiser l’ensemble de son réseau territorial et de ses implantations. Baptisé « géographie revisitée », ce projet a été conçu pour permettre la suppression de plusieurs milliers d’emplois et s’inscrit dans la vision d’un service public dématérialisé au-delà du raisonnable et se traduit concrètement de la manière suivante.

Les trésoreries de proximité sous leur forme actuelle n’existeraient plus. Leurs missions seraient scindées entre des services de gestion comptable (SGC), environ trois fois moins nombreux que les trésoreries actuelles, et des conseillers aux décideurs locaux (CDL). Les SGC, éloignés géographiquement de la plupart des communes rurales, et industrialisant les processus comptables sur un nombre très élevé de budgets à gérer. Et ils se trouveront donc également éloignés humainement et professionnellement des ordonnateurs locaux. Quant aux CDL, ils n’assureraient pas d’accueil de proximité puisqu’ils seraient chargés de livrer un conseil juridique, fiscal et financier aux collectivités locales.

De nombreux services des impôts des particuliers (SIP), de services des impôts des entreprises (SIE), de services de la publicité foncière, SPF) et d’autres services plus spécialisés (les services locaux de contrôle fiscal par exemple) verraient leur nombre se réduire par voie de suppressions et de regroupements. Dans un obscur jeu de bonneteau, certains services implantés dans des grandes villes se verraient transférés vers d’autres, sans qu’ils n’exercent pour autant de compétences territoriales permettant d’accueillir le public de la nouvelle résidence.

Pour convaincre les élus locaux du bien fondé de sa démarche, le gouvernement axe la promotion de son projet sur les « points de contacts » qu’il entend mettre en place au travers des « maisons France service » (MFS) et de formes d’accueil itinérants. Cette communication est trompeuse : elle mélange l’évolution du réseau propre de la DGFiP et celle de structures légères, généralistes, et à la pérennité très incertaine.

Loin d'être des services de la DGFiP au professionnalisme et à l'expertise reconnus, ces « points de contact » seraient juste constitués de deux personnes au statut non précisé (contractuels, fonctionnaires territoriaux…) censées assurer un accueil de premier niveau pour un nombre d’administrations et d’opérateurs nombreux et très divers (CAF, CNAV, CNAM, Pôle emploi, la Poste, certains accès de services des ministères du Travail, de l’Intérieur ou de la Justice, etc.). Pour la DGFiP, les MFS se cantonneraient au dépôt de déclarations et de réclamations, à la prise de RDV et à l’accès à un poste informatique. Les personnes présentes à demeure ne seront pas des agents de la DGFiP. Ces derniers pourraient s’y rendre ponctuellement lors de certains pics de charge et sur rendez-vous. Le coût de ces dispositifs ne sera pas neutre pour les collectivités locales. Surtout, la pérennité de ces dispositifs n’est aucunement garantie par le gouvernement.

Cette « géographie revisitée » se traduira par un repli territorial inédit et brutal de la DGFiP. En effet, pour les communes et cantons où des services de la DGFiP étaient implantés (trésoreries, SIP, SIE, etc.), ils seraient remplacés par une « Maison France service » au mieux, et sans garantie de qualité, ni de fréquence du service public fiscal rendu. Concrètement, pour certaines démarches, nos concitoyens devront effectuer des trajets plus longs, entraînant un coût financier et environnemental non pris en compte à ce stade du projet, subir plus de délais d’attente et/ou devront se débrouiller par eux-mêmes avec internet. L’économie locale sera par conséquent elle aussi impactée.

Ce projet comporte plusieurs dangers. De fait, cette réorganisation se traduira par une désertification accrue des services de l’État en zone rurale et par un accompagnement quotidien des élus locaux incertain. Il va accroître le sentiment d’abandon et décevoir la population qui réalisera, par exemple, que les MFS ne peuvent remplacer un service public technicien. Il va également contribuer à éloigner la population de l’impôt, au risque d’affaiblir un peu plus le consentement à l’impôt.

Ce projet s’accompagne d’autres évolutions tout aussi néfastes. Il en va ainsi de l’interdiction, pour le service public, d’encaisser du numéraire alors qu’on offre cette possibilité aux débitants de tabac.

Si l’accent a été mis dernièrement mis l'accent sur la fraude sociale, l’évolution du contrôle fiscal est à front renversé et la fraude atteint des niveaux records ! Si la communication gouvernementale se veut volontariste, en réalité, Le caractère dissuasif du contrôle est sévèrement remis en cause par le choix d’une politique d’élargissement des procédures de régularisation et de simple accompagnement des entreprises à l’issue des contrôles (mesures qui préexistaient pourtant mais désormais érigées au rang d’orientation prioritaires). Il en va de même du développement de l’accueil sur rendez-vous des particuliers et des entreprises qui, sous couvert de meilleur service, se traduira par des calendriers surchargés et des RDV espacés dans le temps.

En Ardèche, le projet est détaillé dans le dossier joint à ce courriel. Nous sollicitons votre appui en prenant des délibérations ou motions tant au niveau de la commune que de l'intercommunalité dénonçant cette réforme mortifère . Si vous l'avez déjà fait merci de nous la faire parvenir par retour de courriel. Nous joignons aussi en pièce jointe l'appel à une manifestation départementale à Privas le mardi 1er octobre. Nous vous y invitons cordialement, munis de vos écharpes tricolores pour sauver le réseau de la Direction Départementale des Finances Publiques en Ardèche.

L'intersyndicale de la DDFIP de l'Ardèche se tient à votre disposition pour vous rencontrer ou pour tout renseignement complémentaire.

pdfDossier_géographie_revistée_en_Ardèche.pdf

Communiqué de l’intersyndicale ardéchoise DGFIP :
Compte tenu de la journée de deuil national décrétée ce lundi l’action prévue ce jour là par l’intersyndicale ardéchoise est reportée au lendemain soit mardi 1er octobre ...
Pensez à prévenir les copains et copines et particulièrement celles et ceux qui seraient absents demain vendredi.