Edito : Sobriété et morosité à tous les étages

Le gouvernement a lancé son plan de sobriété énergétique spécial fonctionnaire décliné au plan local par le DDFIP.
Une fois de plus les fonctionnaires doivent être exemplaires et faire bien plus que le commun des mortels :
- température des bureaux à 19°C voire 18°C
- vitesse limitée à 110 au lieu de 130 sur autoroute ….
Pourtant la sobriété n’est pas une nouveauté pour les fonctionnaires :
- sobriété pour le porte-monnaie :
- après le gel du point d’indice durant plus de 10 ans, l’augmentation de 3,5 % au 01 07 2022 est loin de compenser une inflation à 6,2 % (INSEE): de qui se moque-t-on ?
- participation à la mutuelle : l’État n’est pas fichu d’appliquer à ses employés les règles imposées au privé : à quand 50 % de prise en charge ?
- sobriété des effectifs : 40 000 suppressions à la DGFIP depuis 2002, 200 dans les Landes
₋ sobriété carrières : l’État annonce l’augmentation des salaires des agents C et B alors qu’il ne s’agit que d’un alignement sur le SMIC
Malheureusement cette liste n’est pas exhaustive …
Nombreux sont les services en détresse, on le constate tous les jours dans les Landes.
Agents en souffrance contraints de demander l’avancement du NRP pour espérer travailler dans de meilleures conditions, en attendant des jours meilleurs
Et pourtant ! Si St Sever s’est passé dans des conditions à peu près convenables même si la mise en route a été difficile il n’en est pas de même pour les SGC de Parentis et Mont de Marsan : des emplois vacants, évaporation des emplois transférés.
Outre les trésoreries l’ensemble des services est concerné.
Dans notre département sobriété rime désormais avec morosité.

Lire le journal en entier :

pdfCONFLIT_51.pdf

Ce dernier Comité Technique Local s’est tenu sous la présidence de M ANOULIES, seul, depuis le départ de MME MAURESMO. Il nous a d’ailleurs confié que nous ne pouvions pas savoir à quel point elle lui manquait

A l’ordre du jour , 2 points pour information :

- mise en place du SGC de Tyrosse au 01/09/2023

  • présentation de l’accès des notaires au fichier immobilier

Dans notre liminaire, nous avons rappelé nos précédents articles et interventions qui exprimaient nos craintes par rapport au NRP.

Nous avons aussi dénoncé le mépris de l’administration envers ses agents.

Nous avons insisté sur le mal être des agents, notamment dans les derniers services restructurés en 2022 : sentiment d’être isolés, croulant sous la charge de travail et subissant des méthodes managériales plus que limites …

Le CT du 10/10/2022 s’est tenu en présentiel sous la présidence de M ANOULIES.

En réponse à la liminaire, voici ce que le Président nous a dit :

- concernant le remue méninges : une phase de concertation est à venir ;

- concernant le plan sobriété : la circulaire de l’état n’est pas parue. En attendant, un état des lieux a été demandé aux RH concernant tous les bâtiments de la DDFIP ;

- concernant notre demande sur les recrutements de contractuels, le Président nous a informé que cette année les Landes avaient recruté 1A+ et 2C (3B et 1C en 2021).

Force est de constater que malheureusement « la stratégie nationale qui se dessine est claire : le contrat plutôt que le statut, la précarité plutôt que l’intérêt général, le court terme plutôt que le long terme, la flexibilité plutôt que la stabilité ».

Après avoir approuvé les PV des instances précédentes (point numéro 1 de l’ordre du jour), nous avons enchaîné sur le point 2 à savoir la transformation d’un emploi d’agent de restauration en emploi d’agent technique sur Dax au 01/01/2023.

Il faut savoir, tout d’abord, que la DGFIP ne recrute plus d’agent de restauration et que la seule façon de remplacer l’agent de la cantine parti à la retraite était de transformer ce poste en un poste d’agent technique.

Ses attributions seront, outre un mi-temps à la cantine (service et caisse), la saisie des documents comptables pour les 2 restaurants administratifs, la prise en charge de divers travaux de gestion du site de Doumer (gestion du courrier, du matériel, des imprimés, des consommables...).

Nous avons bien entendu voté pour cette transformation.

Nous avons tout de même fait part de nos inquiétudes quant à la pérennité du poste B des services communs qui effectue déjà une bonne partie de ces tâches. Le Président nous a assuré que ce poste ne serait pas concerné par de futures suppressions d’emplois.

Monsieur le Président,

Nous siégeons en Comité Technique Local peut-être pour la dernière fois. La cause ? la refonte de l’ensemble des instances du dialogue social dans le cadre de la loi transformation de la fonction publique de 2019. Sous couvert de «modernisation du dialogue social et de sécurisation des parcours professionnels», cette loi est venue «assouplir les contraintes réglementaires pesant sur les employeurs» en modifiant les conditions d’exercice du dialogue social. Si la volonté affichée est de « moderniser, renouveler, renforcer, optimiser le rôle des instances », force est de constater qu’elle va à l’encontre de la défense des agents par la réduction programmée des droits syndicaux défendus par les représentants élus du personnel.