A partir de 2009, quelle que soit la couleur politique, le gel continu du point d’indice a abouti à une paupérisation des fonctionnaires. Comme en 2016, à l’approche des élections présidentielles et législatives, fin 2021 le gouvernement a cependant voulu nous jeter quelques miettes.

 

Pour la DGFIP, elles se présentaient sous trois formes :

- une prime de fin d’année, à la limite de l’aumône, notamment pour les cadres A ( 120 € ...)

- un accroissement du volume des promotions internes, en amélioration mais ne répondant pas à tous les espoirs

- une nouveauté, un gadget diront certains, la mise en place d’un « fonds pour l’amélioration du cadre de vie au travail des agents », doté de 10 millions d’euros et réparti par direction au prorata du nombre d’agents (soit 82.237 € pour la DIRCOFI IDF)

 

La « proposition » faite aux organisations syndicales nationales se présentait comme suit : ou la majorité d’entre vous signe ces « accords », ou vous refusez notre générosité et ce sera « zéro ». Même si ces « avancées » étaient très éloignées des besoins réels des agents et de nos légitimes revendications, les syndicats ont alors donné leur aval afin d’assurer à chacun un minimum.

 

Concernant l’amélioration du cadre de vie au travail, selon la Centrale, les sommes allouées ne pouvaient exclusivement financer que des actions relatives :

- au cadre de vie au travail

- à une démarche éco-responsable

- à une sensibilisation aux innovations

- à la responsabilité sociale de la DGFIP

 

Par ailleurs le processus s’inscrivait dans des délais, imposés par la DG, extrêmement contraints et irréalistes.

Les directions locales, ou spécialisées, n’ont pas eu le choix et ont dû lancer, entre le 1er et le 31 décembre 2021, la consultation des agents sur leurs propositions de projets. En pleine vague épidémique, avec les programmes à boucler et les congés de fin d’année. Dans de telles conditions, la participation ne pouvait être que modeste et elle le fut : 58 agents de la DIRCOFI IDF (sur 750) se sont exprimés (par mail ou en déposant leurs souhaits dans l’urne dédiée installée dans le hall).

Deux réunions ont ensuite eu lieu avec des agents volontaires, les 11 janvier et 8 février 2022, pour analyser et classer les propositions, avant une présentation aux organisations syndicales lors d’un CTL ce 19 avril 2022.

 

Il ressortait des consultations effectuées les projets suivants : création d’une salle de détente/ repos (25.000 €), végétalisation d’espaces (12.600 €), création d’un espace santé/ forme ( 9000 €), organisation d’ateliers-conférences (4.500 €), séances de massage (10.000 €), achat de cadres photos-peintures ( 15.000 €), acquisition de livres (1000 €) , acquisition de jeux (500 €), offrir des mugs aux agents, afin de limiter l’utilisation de gobelets cartons, dans un souci-éco-responsable (7.500 €), réactivation de cours de yoga (300 €).

 

Concernant l’adoption de ce budget participatif, la règle posée par la Centrale est la suivante. Si la majorité des représentants des personnels au CTL ne votent pas les projets qui leur sont soumis, le budget alloué est alors reversé à la DG, qui le redistribue aux autres directions (au prorata de leurs effectifs).

Comme vous le savez jeudi 24 mars notre section tiendra son assemblée générale annuelle dans les locaux du bureau national.

https://sections.solidairesfinancespubliques.info/b11/142-ag-2022.html

 

Nous sommes en année de Congrés, et vous seront présentés outre l'actvité syndicale, le JAC et les propositions de modifications statutaires.

Vous pouvez déjà les retrouver en consultant le Journal Avant Congrés.

Le Bureau National sera représenté par notre camarade Roger Guglielmi, notament CAPiste national, qui abordera également les questions d'évolutions des régles de gestion.

Pour la région spécialisée de notre syndicat, Joelle Sementry, de la section DG, sera présente aussi pour échanger avec nous.

Vous disposez d'une autorisation d'absence à déposer dans Sirhius RH pour participer à l'AG.

RDV jeudi à partir de 9h, 80 rue de Montreuil à Paris.

 

Nous vous relayons l'appel intersyndical de la journée du 17 mars prochain.

17 mars 22

Le 17 mars en mobilisations, manifestations ou en grève... Tout est bon pour l’action.

Cette journée fait l'objet d'un préavis de grève.