A l'appel de l’intersyndicale engagée dans la lutte contre la proposition gouvernementale de réforme des retraites, demain 24 janvier est une journée de grève.

En effet d'autres voies sont possibles, nos publications locales, nationales et interprofessionnelles vous présentent depuis plusieurs semaines ces alternatives, mais aussi la régression et l’absence de solidarité que représente cette réforme.

 

Nous vous rappelons notamment les propos de François Fillon sur le retraite a point : "Le système par points, en réalité, ça permet une chose, qu'aucun homme politique n'avoue : ça permet de baisser chaque année la valeur des points et donc de diminuer le niveau des pensions" . Avec notre expérience sur le gel du point d'indice, qui nous fait perdre du pouvoir d'achat depuis plus de 10 ans, nous ne pouvons que mesurer les risques d'un tel système.

 

Aussi ce 24 janvier est un nouveau temps fort de notre mobilisation légitime et nécessaire !

 

Toutes et Tous

en grève et en manifestations.

 

A Paris la manifestations partira de République vers la Place de la Concorde à partir de 11h. Comme d'habitude nous vous renvoyons vers le site démosphère qui vous renseignera de façon complémentaire pour la rejoindre.

https://paris.demosphere.net/rv/77267

 

 

Marches au Flambeau :

 

Un autre moyen d'action est aussi possible dés ce soir pour montrer notre opposition et nous faire entendre. Des marches aux flambeaux sont organisées à Paris et dans plusieurs communes de banlieues.

 

Plus d'info via le site des nos camarades de Paris : https://sections.solidairesfinancespubliques.info/750/259-jeudi-23-novembre-retraites-aux-flambeaux.html

 

Et pour la banlieue : https://paris.demosphere.net/#d23-1

 

 pdfSolidaires-Tract-23-1-2020.pdf

 

Concert de soutien

aux grévistes en reconductible et à leurs familles !

 

Pour apporter de manière un peu plus festive un soutient aux grévistes qui sont en action depuis plus de 40 jours une grande soirée est oragnisée mercredi soir du coté de la pelouse de Reuilly à partir de 19h.

Vous trouverez plus d'info en suivant le lien vers la billetrie et les participants:

https://www.helloasso.com/associations/cgt-spectacles/evenements/concert-de-soutien-a-la-mobilisation-sociale-et-aux-grevistes

Cet évènement national et parisien est entièrement solidaire : l'intégralité de la billetterie et des dons seront reversés aux grévistes en reconduction. 

 

 

La dinde, la farce

et les dindons

 

(Pièce en 3 actes, écrite par Emmanuel Edouard, destinée à décrocher le Tartuffe d’or du cynisme politique)

 

Acte I . Alors que le rapport Delevoye a été remis au gouvernement le 18 juillet, que les organisations syndicales des transports publics ont prévenu dès début septembre qu’elles envisageaient une grève à partir du 5 décembre, le gouvernement s’est volontairement abstenu de toute discussion qui aurait pu permettre de déminer un certain nombre de sujets sensibles (un mode de calcul des pensions favorable, une vraie prise en compte de certains facteurs de pénibilité, etc...) .

Mieux, le 10 décembre il rajoute de l’huile sur le feu, en annonçant la mise en place d’un âge pivot dès 2022.

Puis, après avoir agi en pyromane, il enfile un costume de pompier et réclame une trêve, pour que s’éteigne l’incendie qu’il a lui-même allumé, afin que chacun puisse déguster tranquillement en famille le gallinacé traditionnel de fin d’année.

 

Acte II. Changeant de tenue, le gouvernement se présente en pacificateur. Après cinq semaines de conflit, il proclame qu’il est prêt à un compromis en envisageant de retirer l’âge pivot.

Mais en encadrant cette éventualité de telles contraintes, notamment l’interdiction de toute hausse de cotisations patronales, qu’une absence de mesure affectant la durée du temps de travail apparaît improbable (celle-ci pouvant apparaître sous forme d’allongement de durée de cotisation et non plus de borne d’âge…).

En précisant qu’ il prendrait ses responsabilités , sous forme d’ordonnances (c’est à dire sans avoir besoin de consulter le Parlement), si les partenaires sociaux ne sont pas suffisamment aimables pour fournir des solutions conformes à ses vœux.

Et en évitant de braquer les projecteurs sur le fait qu’en tout état de cause, il entend instituer un « âge d’équilibre » (selon le même mécanisme que l’âge pivot), au plus tard en 2037, quand la génération 1975 parviendra à l’âge de la retraite.

Néanmoins les candides (qui avaient pourtant juré qu’on ne les y prendrait plus après la catastrophique refonte du régime de l’assurance chômage) se jettent sur la perche qui leur est tendue (ou peut être sur la verge pour se faire fouetter).

Pitoyable comédie, dont le scénario a été écrit manifestement à l’avance.

 

Acte III.Dernier changement de décor. Après avoir joué le pourrissement du conflit, rompu le front syndical, fait quelques concessions au moins formelles (quel enseignant peut croire une promesse de « revalorisation » salariale qui s’étale sur 15 ans ? ), la loi est votée et le gouvernement, en paysan madré, peut contempler son oeuvre.

De futurs retraités plumés, avec une pension réduite calculée sur la base d’une carrière entière, à la merci d’une valeur du point susceptible d’évolution et d’un « âge d’équilibre » toujours plus élevé.

 

Et si nous écrivions un acte IV !

A la fin de son Tartuffe, Molière faisait intervenir le roi, rendant justice et punissant les méchants.

Aujourd’hui, le souverain n’est plus le monarque, c’est le peuple. Si nul ne peut avoir la prétention de l’incarner à lui seul, chacun d’entre nous en est un fragment. Individuellement, nous pouvons peu. Collectivement, nous pouvons beaucoup.

Ensemble nous devons nous battre et nous pouvons gagner, pour empêcher un laminage des pensions de retraite et promouvoir des réformes pour plus de justice.

 

Oui, à chacun de prendre ses responsabilités.

 https://paris.demosphere.net/rv/76935

pdfSolidaires-Retraite-7.pdf