Réunion informelle 12/01/2022 - Dispositif de télétravail exceptionnel 01/2022

Dans le cadre du dialogue social et suite aux instructions données par le Directeur Général, la Directrice de la DISI Sud-Ouest a convoqué les organisations syndicales pour une 2e réunion informelle le 12/01/2022, pour faire le point sur la mise en œuvre du dispositif exceptionnel de télétravail obligatoire de janvier 2022 décidé par le 1er ministre.

Voici l’ordre du jour de cette réunion informelle :

« Suite aux annonces du Premier ministre de lundi 27 décembre dernier, à compter de lundi 3 janvier 2022 et pour une durée de trois semainesle recours au télétravail est rendu obligatoire pour tous les agents équipés et dont les activités sont « télétravaillables ».
Cette mesure vise à faire face à la nouvelle vague de contaminations au Covid-19, alors que le variant Omicron s'avère extrêmement contagieux.
Le recours au télétravail participe de la démarche de prévention du risque d'infection en limitant les déplacements et la densité des agents dans les locaux professionnels.
Dans la continuité de la réunion informelle du lundi 3 janvier dernier, une nouvelle réunion vous est proposée. »

Le dispositif de télétravail exceptionnel obligatoire

Les informations officielles sont disponibles sur le site Ulysse local de DISI Sud-Ouest :
http://disi330.intranet.dgfip/actualites/locales/Une/A_la_une_1.htm

La Directrice de la DISI Sud-Ouest a déclaré :

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour faire un point d’étape de la mise en place pour quelques semaines du télétravail exceptionnel.
Je remercie les chefs de service et les responsables d’ESI pour leur mobilisation et pour l’organisation qu’ils ont mise en place.
Je remercie également les services RH pour la prise en charge des collègues.
Nous vous communiquerons à l’oral les taux de télétravail.
Pas mal de cas contact, et de cas avérés de COVID parmi les cadres et les agents.
Il n’y a pas de cluster lié à l’activité dans nos bureaux, ce sont des contaminations qui ont eu lieu en dehors du mode professionnel.
Il n’y a pas de grosses difficultés de remontées des cas COVID.
Pour l’assistance de proximité, nous avons communiqué vers les directions locales pour que ces directions gèrent les priorités de leurs travaux. En effet, la pression sanitaire est aussi chez nous dans nos services. Nous sommes dans des conditions dégradées.
Il faut informer et respecter les gestes barrières. Je ne vous garantis pas non plus que tout sera remonté. Il y a un cas particulier ou la direction n’est pas intervenue de suite. La RESI de Toulouse est intervenue auprès de cette DDFIP.
J’insiste sur la nécessité que les collègues nous tiennent également informés des cas de contamination dont ils auraient connaissance dans les DDFIP/DRFIP où ils interviennent.
»

Les chiffres du dispositif de télétravail exceptionnel obligatoire

Pourcentage de l’effectif en télétravail par structure, semaine 1 :

  • ESI de Toulouse : 49%
  • ESI de Bordeaux : 65%
  • ESI de Poitiers 42%. Précisions du RESI86, une très grande majorité des agents ne sont pas éligibles au télétravail, notamment à l’EIFI. Pour les autres services, 93% des collègues sont en télétravail 3, 4 jours voir 5 jours pour les plus fragiles.
  • ESI de Limoges : 49%
  • DISI Siège : 100% des agents sont en télétravail de ½ journée à 4 jours.

Pour la DISI Sud-Ouest : 55% de l’effectif est en télétravail.

Directrice : « Les taux datent de la semaine dernière. Nous avons le meilleur taux sur la région Sud-Ouest. Le SI et les DISI sont bien positionnés sur le télétravail, plus que les DDFIP/DRFIP où les taux sont plus faibles.
Des agents n’ont pas souhaité télétravailler, car les conditions sanitaires sont moins bonnes chez eux. Nous n’avons pas obligé dans ces cas le télétravail. »

Questions – réponses avec les organisations syndicales

Solidaires Finances Publiques :

  • Nous souhaitons faire un focus sur l’assistance de proximité. Les collègues ne se sentent pas assez protégés, car ils découvrent très souvent des cas de COVID contractés par les agents dans les services où ils interviennent. Il y a un manque cruel de communication des DDFIP/DRFIP sur ces sujets malgré vos interventions et celles de vos collaborateurs. Les agents sont en détresse et se sentent maltraités. Ils nous l’ont remonté expressément dans plusieurs CID/SIL de la DISI Sud-Ouest. Ils nous ont déclaré qu’ils n’étaient pas des robots qui devaient obéir en prenant tous les risques. Les suppressions d’emplois, la détresse des agents de l’assistance CID/SIL. Pour Solidaires Finances Publiques, il va falloir que vous les contactiez et que vous vous entreteniez avec eux pour prendre connaissance de leurs problématiques.
    Comme vous avez pu le remarquer le 11/01/2022, nous avons boycotté la 1
    re convocation du CTL emplois, mais les agents ont pris connaissance des suppressions d’emplois à venir pour 2022 dans plusieurs CID : certains de leurs collègues ne seront pas remplacés ! Étant épuisés, ils ne sont pas contents de cette situation, sachant que les priorités que vous avez fixées avec les DDFIP/DRFIP ne sont assez souvent pas respectées : nos collègues subissent la pression pour faire les travaux, même s’il y a des absences de personnel liées au cas contact ou à la maladie.
    Concernant les autres services des ESI, nous n’avons pas eu connaissance de problèmes particuliers remontés liés à la mise en place du télétravail exceptionnel.
    Mais les agents veulent avoir le nombre de cas COVID ou contact dans leurs services.

 Directrice : « Il y a des difficultés pour l’assistance de proximité. Les chefs ESI sont vigilants. Je peux encore faire un rappel auprès des directeurs locaux. 
Pour la gestion des travaux, des SIL ne se déplacent pas, et d’autres si. Je comprends la souffrance des agents de l’assistance. Ils sont motivés et ont le sens du service aux utilisateurs, je vais faire un message. Je note un message particulier pour communiquer avec eux sur leur situation.
On peut également évoquer la situation des agents de l’EIFI et les services techniques dans les bâtiments. Ils sont obligés aussi de venir en présentiel, on va communiquer également vers eux. »

RESI86 : « Concernant la gestion avec les CID dépendant de l’ESI86 : ils ont un soutien très fort de notre part qui peut paraître directif pour certaines CID, mais c’est pour les protéger. Les directions ont le devoir de précaution de signaler à nos équipes les cas dont ils ont la connaissance. Sachez que l’on est au côté des CID. »

Directrice : « Il ne faut pas que les collègues intériorisent leurs difficultés, ils doivent les exprimer. S’il n’y a pas respects des règles sanitaires par les directions locales lors des déplacements, ils n’interviennent pas dans ces services. On ne leur reprochera pas de n’être pas intervenus. » 

  • Si un agent a un doute sur son état de santé, car il a des symptômes, ou s’il a été en contact avec un malade et qu’il y a du retard dans les prises en compte par l’ARS des cas contacts, doit-il revenir au bureau ?

Adjointe DISI : « Non, vous faites bien d’aborder ce sujet, il prévient immédiatement son chef de service. Son chef de service prévient les services RH de la DISI. Les services RH contactent le médecin du travail qui à son tour recontactera l’agent. Préventivement, on ne fait pas revenir l’agent au bureau, il reste en télétravail ou en ASA jusqu’à ce que sa situation soit analysée et prise en compte. » 

  • Il se peut malgré tout le dispositif que vous avez mis en place qu’il y ait parfois des difficultés de mises en œuvre sur le terrain ou des incompréhensions. Solidaires Finances Publiques vous les fera remonter directement, si besoin, en informant dans le même temps les RESI et adjoints concernés.

Directrice : « Nous les étudierons et vous répondrons après avoir pris l’attache des RESI. Sachez que tous les cadres et RESI font le maximum. »

  • Vous n’avez pas obligé un agent à télétravailler au vu de sa situation particulière à la DISI siège, d’après ce que vous nous avez dit lors de votre présentation. Est-ce que la même chose est possible dans les autres structures de la DISI Sud-Ouest à savoir dans les ESI ?

Directrice : « Le cas que j’ai évoqué n’est pas à la DISI Siège. Il faut être à l’écoute des difficultés de chacun. S’il y a des problématiques, l’agent doit les évoquer avec son chef de service. » 

Autre OS :

  • Il y a du flou sur les cas d’absences liées au COVID et les cas contacts. Tout le monde n’a pas intégré ces concepts. Les consignes ne sont pas claires. Les gens ne savent pas quoi faire s’ils sont positifs ou négatifs.

Directrice : « Oui, cela change beaucoup et souvent, c’est normal moi aussi j’ai du mal à m’y retrouver.

Adjointe DISI : « Flou et complexité c’est vrai. Mais toutes les situations exposées par les agents à leurs responsables de services sont remontées au service RH de la DISI, et répercutées ensuite au médecin de prévention. C’est le médecin du travail qui donne les consignes directement aux agents qu’il recontacte par téléphone. On ne reprochera pas aux agents d’avoir mis deux jours pour réussir à faire un test, mais il faut tenir au courant les chefs de service.
À chaque fois, on met en œuvre les préconisations du médecin du travail : reprise en présentiel, télétravail ou ASA si le télétravail n’est pas possible.
 »

Responsable du pôle RH : « Ce n’est pas l’agent qui fait son analyse de situation, ce sont les médecins du travail qui le font. S’il y a un temps de latence entre la réponse du médecin du travail et le signalement par l’agent à son chef de service, l’agent reste chez lui par précaution en télétravail ou en ASA. »

  • Situation des parents dont les enfants sont positifs au COVID ou la classe est fermée, et qui sont en télétravail. Est-ce que les chefs de service seront bienveillants avec les parents ?

Responsable du pôle RH : « Le dispositif n’a pas changé depuis le 06/12, il est disponible sur le site de la DISI Sud-Ouest. L’agent doit fournir les justificatifs donnés par l‘établissement scolaire.
Pour les tout jeunes enfants, cela sera plutôt le dispositif de l’ASA qui sera mis en œuvre, car il faut plus de disponibilités pour s’occuper d’eux, et le télétravail est difficile dans ce cas »

  • Il n’y a pas de lissage sur les présents : certain jour, il y a beaucoup de monde dans les bureaux, et d’autre il n’y a personne. Les quotas ne sont pas respectés. Si nous étions dans le privé, il y aurait des sanctions.

Direction : « En effet, il y avait des endroits où il y avait plus de gens un jour particulier dans la semaine en présentiel pour préserver le collectif de travail. Mais il y a dû y avoir des ajustements pour respecter les nouvelles consignes afin de garantir un minimum d’agent dans les bureaux une même journée. »

  • La situation est difficile en télétravail pour les agents des services d’exploitation, leur situation est dégradée :

Directrice : « Pour les agents en exploitation, la situation est compliquée. Les gestes d’exploitation peuvent avoir des conséquences importantes. Il est conseillé que les agents soient rassurés sur ce qu’ils doivent faire : il y a les outils de visio ou audio pour organiser des points avant de lancer les travaux seuls à la maison. Je ne reprocherai pas à un agent le retard éventuel dans l’exécution des travaux, s’il a souhaité se rassurer et prendre contact avec ses collègues. » 

  • Qu’elle est la procédure pour récupérer des écrans, des sièges, des repose-pieds pour améliorer leur condition d’installation chez eux. Est-ce qu’il y a eu une réflexion de la direction sur ces sujets ?

Directrice : « Je sais qu’il y a eu des demandes à l’ESI de Toulouse, mais on n’achètera pas des fauteuils aux agents. Les agents doivent être raisonnables sur les demandes, car cela va être compliqué à gérer. »

RESI31 : « J’ai 5 ou 6 fauteuils en surplus de disponibles, mais si j‘ai plus de demandes, je ne pourrais pas satisfaire tout le monde, je ne sais pas comment être équitable dans ce cas? »

  • Lorsque le PC VPN 15 au bureau est arrêté ou planté, il est difficile de trouver quelqu’un sur place pour le redémarrer :

Directrice : « Pour les PC à rallumer, il peut y avoir un numéro de téléphone qui soit communiqué pour chaque ESI. Il faut que cela soit mis en place par les RESI.
Pour certaines missions, l’obligation d’être en VPN15 demeure pour permettre le télétravail même si ce n’est pas très bon au niveau de l’environnement.
Il y a une réflexion en centrale sur conception d’un poste de travail virtualisé hébergé en centrale. »

La Direction et les OS ont convenu à l’unanimité d’une nouvelle réunion informelle le 24/01.

Ressources d’informations fournies par la Direction sur le télétravail

Le télétravailleur dispose des sources d’information suivantes (cf. rubrique télétravail d'Ulyssehttp://ulysse.dgfip/metier/teletravail ):
•le guide du    télétravailleur à la DGFIP  http://nausicaadoc.appli.impots/2018/012822   ;
•le guide de prévention des risques psychosociaux des télétravailleurs à la DGFIP  http://nausicaadoc.appli.impots/2018/012823     ;
•les conseils pratiques relatifs au droit à la déconnexion http://nausicaadoc.appli.impots/2018/012830  ; 
•le dépliant de la plateforme d’écoute et de soutien téléphoniquehttp://nausicaadoc.appli.impots/2018/009465   ;
•le dispositif de télétravail exceptionnel mis en œuvre à la DGFIP - janvier 2022 : http://nausicaadoc.appli.impots/2021/011821 

A TELECHARGER

pdfCR_Réunion_informelle_12-01-2022__Dispositif_de_télétravail_exceptionnel_01-2022.pdf