Action

Lors du dernier Comité Technique de Réseau de la DGFiP avant l'été, une forte délégation Solidaires Finances Publiques (14) accompagnée de représentant.es syndicaux des Régions a interpellé le Directeur Général sur le futur Contrat d'Objectifs et de Moyens et l'opération "remue-méninges".

Nous avons porté la voix des agentes et agents qui subissent au quotidien la pression et le mal être au travail.

 vous trouverez la déclaration liminaire de Solidaires Finances Publiques de ce CTR ci dessous

https://solidairesfinancespubliques.org/vie-des-agents/ctr/4923-ctr-du-4-juillet.html

Le Directeur Général, M Fournel, lors des réponses aux déclarations liminaires, a failli tomber à la renverse, peut-être en se rendant compte que nous n'étions pas dupes sur la manière de manier le remue-reminges ou car il était assez pressé lors de la pause méridienne à rejoindre l'intronisation du ministre et ministre délégué.

Pour la région Nord, Solidaires Finances Publiques a interpellé le directeur général sur les remontés des collègues suite au remue-méninges, dont la notion de volontariat est assez biaisé.

A la DiSi59, 4 visios avec des thématiques bien spécifiques ont été proposées, notamment une portant sur l'implantation du siège de la DiSi.

A la DiRCOFi59, le questionnaire était très orienté et une majorité de collègues a boycotté les réunions. Solidaires Finances Publiques s'interroge sur les questions de la direction de la DiRCOFi qui portent sur la pertinence des trois niveaux de contrôle, sur le rôle des PNCD, l'implantation des BCR, sur les marges de progrès pour la programmation par l'intelligence artificielle, sur le recrutement au choix et sur la reconnaissance de l'engagement professionnel. 

A la DRFiP59, les collègues ont clairement indiqué que les priorités sont: l'emploi et donc l'arrêt des suppressions d'emploi, la rémunération et des services avec des missions de pleine compétence.

A la DDFiP62, M Girault, bon élève, a ordonné aux encadrant.es de tenir des réunions (dans un service, les non volontaires pour participer ont été empressé.es de descendre et d'assister à la dite réunion, ah ce volontariat obligatoire!), le discours était rodé sur la rémunération au mérite ou sur le co-working.

Renversant cette manière de dialoguer et de vouloir imposer une politique déjà édictée lors du séminaires des directeurs et directrices en mars 2022.

Renversant aussi la remarque de M Fournel sur l'augmentation (à Solidaires Finances Publiques on préfère parler de mépris) du point d'indice:  "3,5%, cest substantiel".

Renversant que le directeur général sorte de ses gonds dès que le mot NRP est prononcé, pour lui il faudrait tourner la page et ne pas faire de bilan de ses désatreuses conséquences.

Il est grand temps que la Direction Générale et nos directions locales réalisent que ça fait un long moment que les collègues se remuent les méninges pour continuer à exercer leurs missions avec moins de moyens, moins d'emploi et aucune reconnaissance.

 

Ce jeudi 7 juillet 2022 se tenait un Groupe de Travail sur l'indemnitaire.

Avec nos camarades de l'Eure, de la Somme, de l'Aisne, du Nord et de la DiRCOFi Nord, Solidaires Finances Publiques 62 s'est invité dans les locaux de la déléguée de l'interrégion, Mme Catherine FENELON.

Nous avons remis à la déléguée l'alerte solennelle pour une DGFiP renforcée, reconnue, réhumanisée au service de l'intérêt général, de la justice fiscale, sociale et environnementale!

Celle-ci a reçu une délégation des manifestant.es, en nous signifiant qu'elle avait dû interrompre une réunion et n'avait que 15 min à nous accorder. Et après, on nous parlera de dialogue social.

Solidaires Finances Publiques 62 était présent ce matin au collège des chef.fes de services à Noeux-les-Mines

 Les encadrant.es devaient se répartir dans différents ateliers sur un thème lié au "remue-méninges" :

 1. Évolution des missions : Quel périmètre ? - Nouvelles activités ? Qu’ajouter ? Supprimer ? Renforcer ? Les accueils des publics sous l’angle contenu de ces missions.

2. Évolution des métiers : Les modalités et les formes d’exercice des métiers – La problématique

Accueil sous son angle métier – La qualité du pilotage des missions et ses outils… Les attentes sur

des outils métiers.

3. Évolution de nos organisations ? Organisation des DRFiP/DDFiP – Implantation des structures sur

le territoire – Supra-départementalisation / Régionalisation. Les attentes sur les outils de pilotage

des organisations.

4. Évolution de la gestion des ressources humaines: Modalités de la mobilité interne et externe – Les

parcours de carrière – Egalité Femmes/Hommes - Valorisation de l‘apprentissage et de toute autre

forme de recrutement. Quel dialogue social pour demain ?Quelles formations pour demain ?

5. Les attentes en matière informatique : Téléphonie – Réseau – nouveaux outils de communication.

 

Chacun et chacune appréciera ou pas de voir que les thèmes abordés lors des réunions de service ou réunions de M Girault ne sont pas tous retranscrits : rémunération, sens de nos missions, arrêt des suppressions d’emplois.

 Il est rageant que la DG et notre direction locale nous pensent naïves et naïfs au point de croire que cette pseudo-concertation entendra les collègues. M Girault indique qu’il n’y a pas de plan caché, pourtant un séminaire des directrices et directeurs a été organisé en mars sans aucune transparence. Concernant le questionnaire local DGFiP 2030, il nous a été dit ce matin qu'en faire la synthèse sera compliquée mais que de toute façon tout était déjà décidé.

 L’affiche apposée à l’entrée du collège des chef.fes de services résume bien la situation :

Remue-méninges, DGFiP 2030, grand spectacle d’illusions !

 

Remue-Méninges,

Non au simulacre participatif !

  pdfremue-méninges, non au simulacre participatif!

Par courriel du 18 mai, le Directeur Général s'adressait aux agent.es pour annoncer, dans le cadre de la préparation des nouvelles orientations stratégiques de la DGFiP, l’organisation d’un grand « remue-méninges » prétendant associer l’ensemble des agent.es afin de définir le prochain Contrat d’Objectif et de Moyens (C.O.M.). Dès sa publication, Solidaires Finances Publiques, premier syndicat à la DGFiP, réuni en congrès national, décidait de boycotter le prochain Comité Technique de Réseau (CTR) prévu au 23 mai, et proposait aux partenaires de l'intersyndicale de se joindre à ce boycott et de rédiger une première réponse unitaire

(https://solidairesfinancespubliques.org/le-syndicat/actions/4846-lettre-de-l-intersyndicale-dgfip-au-directeur-general-pourquoi-boycottons-nous-le-ctr-du-23-mai-2022.html).

 En local, M Girault a également envoyé un mail aux agent.es intitulé « DGFiP 2030, à nous la parole ! ». Solidaires Finances Publiques 62, refusant de siéger sur des points d’analyse biaisée des conditions de travail des agent·es et de participer à un simulacre de dialogue social, a quitté le CTL du 24 mai après le point sur le PNCD.

  Hier, les encadrant.es de la DDFiP 62 ont été convié.es à une visio afin qu’ils.elles organisent rapidement des réunions dans le but d’inciter les collègues à adhérer à ce remue-méninges et « faire cultiver et mûrir les contributions » sur les thématiques suivantes :

* les missions et métiers de la DGFiPpottok site

* les règles de gestion et règles RH

* la communication (interne/externe)

* les applicatifs/ environnement informatique

* les organisations au sein de la DGFiP

* autre

 M Girault, après avoir eu des problèmes de batterie avec son portable, a fortement invité les encadrant.es à vendre cette démarche auprès des agent.es, il lance la démarche mais laisse la main aux encadrant.es en ajoutant qu’il n’a aucune indication en termes d’emplois, fonctionnement, moyens et aspect financier.

Quel culot, le directeur local ose affirmer que les agent.es feront remonter leur attente d’être à distance raisonnable de leur domicile, après avoir fait subir des mobilités forcées dues au NRP.

 Nous n’oublions pas non plus que, suite au protocole d’accord sur la reconnaissance des agentes et des agents, un rendez-vous indemnitaire a été acté le 7 juillet prochain. La DG sait que ce rendez-vous est d’importance pour les personnels au vu de la perte incessante de leur pouvoir d’achat depuis des décennies et de l’inflation galopante. En organisant ce « remue-méninges », la DG ne vise-t-elle pas à détourner l’attention de toutes et de tous et à minimiser, au regard des contraintes budgétaires, les possibilités de revalorisation ? Pour Solidaires Finances Publiques, il est clair que le rendez-vous du 7 juillet ne peut être parasité par de faux-semblants et par une pseudo démarche participative, qui laisserait planer d’hypothétiques solutions en dehors de tout cadre collectif concerté.

Pour Solidaires Finances Publiques, il est temps d’agir collectivement pour une DGFiP reconnue, renforcée, réhumanisée, au service de l’intérêt général et de la justice fiscale, sociale et environnementale. C’est dans ce sens que nous proposerons aux agentes et aux agents de se mobiliser de façon la plus unitaire possible et de faire connaître au plus grand nombre la réalité de notre service public de proximité !