Actions

Le gouvernement vient certes de changer de personnel mais la politique annoncée par Macron et Castex reste identique. Même mâtinée en apparence d’écologie, la soupe antisociale proposée est totalement indigeste. Alors que l’épisode pandémique n’est toujours pas terminé, les beaux discours sociaux de mars dernier ont donc vite été oubliés. Le monde d’avant et ses inégalités abyssales, ses ravages sociaux et environnementaux, son chômage de masse, ses attaques contre les plus pauvres, les services publics et les libertés politiques : ce monde est plus que jamais d’actualité même et ce, s’il a failli comme jamais. Le monde des affaires et le grand patronat, premiers soutiens de Macron, n’ont en effet aucun intérêt à ce qu’il en soit autrement !

Ne laissons pas s'installer un monde pire que celui que nous avions laissé avant le début de cette crise sanitaire.

Tous ensemble, unis pour faire face à leurs décisions qui vont impacter durement nos vies professionnelles et personnelles. Mobilisons nous massivement dans les actions appelées ce 17 septembre !!

Nous reviendrons vers vous pour les modalités d'organisation sur le département.

pdftract Solidaires Finances Publiques.pdf

pdfappel intersyndical Fonction Publique.pdf

En début de mois, les agents bénéficiaires de la prime COVID-19 ont reçu un mail du Secrétariat Général leur indiquant le montant qui leur sera versé sur la paie du mois de juillet.

De par son opacité et son plafond de bénéficiaires, les situations d'injustice se font de plus en plus nombreuses.

 
 
En plein cœur de la crise sanitaire, le président de la République à affirmer devant des millions de françaises et de français, que les services publics sont des « biens précieux » et qu' il était temps d'amorcer pour le secteur hospitalier un plan massif d'investissement et de revalorisation des carrières.
 

Chaque soir la population disait MERCI aux personnels du secteur de la santé (soignants et non soignants) mais désormais le gouvernement semble vouloir étouffer la reconnaissance nationale malgré l'ouverture du Ségur de la Santé.
Malgré les demandes réitérées des représentants des personnels, s'appuyant sur des mois de mobilisation, le gouvernement refuse toujours d'aborder la question de la revalorisation des carrières et des grilles salariales pour l'ensemble les personnels du secteur de la santé.

 

La maltraitance du service public de santé et de ses personnels est inacceptable.
Aussi une mobilisation légitime de toutes et tous est capital pour défendre notre système de santé et de protection sociale.
Plus globalement s'impose la nécessité de défendre l'ensemble du service public, pilier de la cohésion sociale. Cette mobilisation doit être significative car n'oublions pas l'engagement de celles et ceux qui étaient en 1ere , 2nde et 3eme lignes, et de tous les oubliés.

 

Ensemble réaffirmons :
    - que la santé mais également la prise en charge des personnes âgées et handicapées, n’est pas une marchandise,
    - qu'au travers de nos missions au sein des trésoreries hospitalières, nous percevons plus que d'autres les conséquences de la paupérisation de la politique publique en matière de santé,
    - la nécessité du combat pour une meilleure répartition des richesses qui permettent de maintenir une protection sociale pour toutes et tous et un accès égal et ample aux systèmes publics de soins,
    - l'urgence de revaloriser les carrières et les rémunérations des personnels,
    - l'importance du service public qui doit être défendu et revalorisé dans toutes ses dimensions et missions.

Ce combat est juste et légitime car il vise à permettre à toutes et tous, de bénéficier de service de proximité, d'une écoute, d'un soutien, d'une assistance, que l'on soit jeune ou vieux, riche ou pauvre, valide ou invalide, connecté ou non…

 

Aussi, nous appelons les personnels des Finances Publiques et l'ensemble de la population à s'engager auprès des personnels de la Santé en rejoignant les mobilisations locales organisées le 16 juin prochain et à faire entendre leurs voix pour défendre et renforcer le service public.


Ensemble imposons une autre vision du service public.
Le 16 juin, après les Mercis, mobilisons nous pour le bien commun, réanimons notre système de santé !

 

Vous avez applaudi en confinement et bien maintenant, sortez, agissez et venez nous aider à sauver la santé !

Le 16 juin, rendez-vous à 10h30 place Catalogne
Et de 16h30 à 18h30 à l’Hôpital de Perpignan

Reprenons le contexte : Nous traversons une crise épidémiologique mondiale sans précédent. Les propos exprimés par le président de la République Française, indiquant que "nous sommes en période de guerre", témoignent de la gravité de la situation. Comme dans tous conflits, les dégats humains sont importants, tant au nombre de décès recensés qu'aux impacts psychologiques occasionnés.

En France, le début de l'armistice a commencé le 11 mai et va s'étendre encore sur une durée non déterminée générant des liens sociaux distandus, majoritairement par des décisions économiques. En tout temps, des héros ont été honorés, des actes de résistance applaudis, les petites mains étaient remerciées chaleureusement, les manquements décisionnels punis tout comme les mensonges... De tout temps ??? Plus maintenant !!

Les héros ont bien été identifiés mais rien n'est fait pour les remercier comme il se doit. Mentir et cacher la réalité à la population est devenu une normalité pour la majeure partie de la classe politique. Les petites mains sont remerciées mais pour gonfler les chiffres du chômage quant elles ne sont pas injustement sanctionnées.

Les sanctions justement... Durant cette période de crise, certaines de nos missions ont été identifiées comme indispensables à la vie de la Nation... Pas les agents... Parlons alors des petites mains des Finances Publiques, corvéables et méprisables à souhait !! En guise de remerciements pour les efforts de guerre, les pantouflards qui nous servent de points photos sur un organigramme, ont décidé d'un nouveau passe-temps. Appelons le tout simplement l'enculette des congés.

Laissez-nous vous détailler les règles de ce nouveau jeu, imposé par le ministère et la DG, présenté et appliqué par la direction locale le mercredi 20 mai en audio-conférence.

Les termes de l'ordonnance du 15 avril relative à la ponction des jours de RTT et de congés servent de référence. La DG a demandé l'application stricte de celle-ci, à savoir :

  • 5 jours RTT sur la 1ère période du 13/03 au 16/04,
  • 5 jours RTT ou CA sur la seconde du 17/04 au 31/05.

Seuls les agents ayant été en présentiel ou en télétravail sur toute la période ne sont pas concernés... Tous les autres vont devoir contribuer à hauteur des absences qui leur ont été imposées !

La direction travaille sur la proratisation des jours à voler aux agents, quand bien même elle appliquerait la proratisation la plus favorable à ces derniers... cela jouant au maximum sur une demi journée de congés. Pour l'encadrement RH, il s'agit de l'exercice le plus lourd et le plus difficile à faire.

Donc, expliquer aux agents qui se sont vus obligés de rester chez eux pour garder et s'occuper scolairement de leurs enfants, expliquer aux agents qui se sont vus interdire l'accès à leur poste de travail car ils avaient une santé fragile, expliquer aux agents dont l'ordre a été donné de rester chez eux car ils n'exerçaient pas de missions classées prioritaires, expliquer aux agents qu'ils ne pouvaient pas travailler car l'administration ne pouvait pas leur fournir le matériel informatique adéquat... Toutes ces situations n'ont pas l'air de poser souci à la direction locale. Hâte de voir la gestion humaine des collègues concernés !! Nous savons déjà qu'un contact individualisé ne sera pas fait. Attendons donc ce mail insipide, lâche et méprisant qui ne souffre d'aucun état d'âme de notre direction locale... Beurp... la nausée monte... Effet direct de l'enculette !

Petits rappels de la version locale de ce jeu : les congés maladie sont comptés comme jours de présence. Les agents ayant travaillés sur ½ journée seront crédités d'une journée entière. Les congés pris avant le 31/5 seront déduits des ponctions (en fonction des périodes distinctes).

Pour tout les autres cas, aucune exception ne sera faite quant à l'application de la note.

Heureusement que notre DG avait promis une application mesurée de l'ordonnance à la DGFIP et de la souplesse !!! Aïe !! Un lumbago !! C'est un des effets secondaires de ce jeu de l'enculette...

Ayez confianccccce qu'ils disaient...

Le joker dans le jeu : l'acceptation de positionner un jour de congé, de RTT ou de CET sur le pont naturel obtenue le mardi matin a été retoquée par le DG le mardi soir ! Merci patron !

Pourtant dans les PO, la directrice ne reviendra pas sur sa position... sauf si la centrale prend la main pour rectifier elle-même les absences dans Sirhius ! Aïe !! Multiples fractures !! Ahhh, ce jeu de l'enculette !!

La Direction envisage de faire revenir toutes les personnes le pouvant dès lundi matin, par rotation de ½ journées (qui seront validées comme journées entières) afin de tenter de gratter 1 jour de congé sur la seconde période. Cela ressemble plus à une reprise d'activité massive déguisée !!

Il aurait été beaucoup plus humain et plus simple d'accorder leurs congés à tous les agents qui en auraient fait la demande, sans y opposer la moindre nécessité de service.

Là, ça aurait été faire preuve de souplesse !!

Bref, les grands perdants de ce jeu seront les agents placés d'office en autorisation d'absence COVID-19 : les agents vulnérables (à qui l'administration n'a pas été capable de fournir les moyens de travailler à distance), les agents placés en garde d'enfants (puisque l'éducation nationale et les collectivités locales les ont mis dans cette situation, sans autre alternative), et ceux que la direction n'a pas rappelé car n'étant pas affectés sur des missions prioritaires (PCA, PRA).

Pour eux, aucune marge de manœuvre.

Et dans la foulée, des directives pour faire rattraper le retard, avec d'éventuelles remises en cause des congés d'été à venir ? Elle est pas belle la vie ???

Les comptes ne sont pas bons !! L'Humain est encore une fois piétiné et on devrait dire merci ?? Hors de question !!

Il y aura donc des comptes à rendre et très prochainement...

 

Questions diverses :

- le gros point noir pour une reprise physique conséquente est le site de la Côte Vermeille et ses espaces communs restreints (couloirs, sanitaires, espaces de restaurations...), d'autant que pour libérer de la place dans les bureaux, les mobiliers ont été stockés dans les couloirs (ou comment créer un risque incendie pour traiter un risque Covid !)... Ils devraient être déplacés prochainement !

- jours de report 2019 : aucune réponse sur une date éventuelle d'ouverture du CET pour les y basculer. De plus, la date limite pour les poser ne sera pas étendue au delà du 3 mai (on est content de l'apprendre le 20 mai !!!).

- une enquête nationale sur le télétravail et les risques psychologiques générés devrait avoir lieu. Si tel n'était pas le cas nous avons demandé qu'une analyse ait lieu au plan départemental (voir au niveau de l'interrégion).

- les masques pour les EDR sont bien prévus et devraient être envoyés au domicile (comme pour les personnes vulnérables).

- pas de nouvelles quant aux CAP de notation et à la reprise du processus de l'évaluation des personnels.

- concernant les frais de repas des EDR placés en travail à domicile, pas d'évolution. Nous avons demandé un écrit justifiant de la décision de les exclure du dispositif.

- nous avons également demandé une étude sur les frais générés pour les agents mis en télétravail (éléctricité, eau, nourriture...).

Nous restons à votre disposition pour toutes précisions.