Actualités

Suite à l’envoi de la lettre aux élus du département par notre OS, nous avons reçu deux propositions de rendez-vous avec nos 2 députés (Mme GOULET Perrine et M. PERROT Patrice) et, de son côté, l’UAM 58 (L’union amicale des maires de la Nièvre) a écrit une lettre à notre direction, que vous trouverez ci-dessous.

Nous avons rencontré Mme GOULET, le lundi 22 janvier, et M. PERROT, le vendredi 26 janvier.
Nous avons commencé par évoquer avec chacun d’eux, le manque de personnel dans nos services. Tous les deux ont réagi, quasiment de la même manière en nous demandant si c’était un problème de manques de postes ou d’agents à affecter dans les services. Nous avons répondu qu’il s’agissait du cumul des deux. En citant comme exemple, depuis plusieurs années, l’appel systématique des listes complémentaire lors des différents concours, auquel il faut ajouter la suppression de dizaines de postes au sein de la DDFiP 58 (-3 postes cette année).
M PERROT a été surpris d’apprendre qu’il manquait tant d’agents au sein des services, et que les représentants du personnel n’étaient pas écoutés par la direction lorsqu’ils évoquaient ceux-ci lors des instances.

Ensuite, nous avons évoqué les détresses psychologiques que subissent de nombreux agents dans les services, voir des burn-outs, du fait de la falsification des statistiques qui remontent à la centrale, de la surcharge de travail (en lien avec le sous-effectif) et l’amplification des campagnes dans les campagnes (par exemple l’indemnité carburant, la déclaration des occupants (GMBI) et la campagne IR) qui se sont enchaînées, voire superposées.

De plus, nous leur avons signalés que les nouvelles applications ne sont pas abouties (GestODL et GesLoc), et de fait génèrent plus de travail aux agents que le contraire !!!
Dans le cas de GestODL, dont la date butoir était le 30/06, a été repoussé à plusieurs reprises, jusqu’à mi-août. Les usagers n’ont pas tous été en capacités de remplir la déclaration sur internet, car l’application était trop compliquée et uniquement en ligne, entraînant des problèmes en cascade (l’augmentation du contentieux sur les taxes d’habitation en secondaire).
Les députés ont reconnu le « fiasco » qu’a été GMBI, et ne comprennent pas comment un logiciel a été utilisé sans être testé avant.
Concernant GesLoc, nous leur avons appris que depuis son ouverture, en septembre 2022, aucunes taxes d’urbanisme (TU) n’ont été émises. Cette nouvelle les a affolés.

Par conséquent, l’ensemble de ces problèmes a provoqué une sur-sollicitation de nos services en multipliant les demandes sur tous les canaux de communication possible (téléphone, courrier, mail et physique). Cela a engendré un sentiment de démobilisation des agents dans les services.

Au regard de toutes ces difficultés, les députés et l’UAM 58 ont demandé des rendez-vous et des explications auprès de notre direction.

Le CSAL s’est tenu en la présence des élus de Solidaires et de la CFDT, et en l’absence de la CGT

 

  1. Évolution des emplois à la DDFIP de la Nièvre au 1er janvier 2023

 

La présidente a commencé par faire une présentation de l’évolution des emplois nationaux. Cette année la DGFiP perd 200 emplois temps plein (ETP), mais obtient 348 ETP transférés depuis d’autres administrations dont la DDT, suite au transfert de la taxe d’urbanisme, soit au final un gain de 148 ETP.

 

Au niveau de la Nièvre, cela se traduit par la perte de 6 emplois, comme suit :

  • -1 inspecteur divisionnaire hors classe (IDIV HC) : -1 en direction,

  • - 1 Inspecteur divisionnaire (IDIV CN) : -1 en TNHA,

  • - 1 B : -1 en direction et -1 SIE Nièvre,

  • - 3 C : -1 en direction, -1 SPFE et -1 PRS.

 

Cependant, nous gagnons 3 postes :

  • + 1 inspecteur principal (IP) : +1 direction

  • + 2A : +1 audit + 1 contrôle gestion

  • +1B : +1 transfert

 

Résultat, pour 2024, la DDFiP de la Nièvre perd 3 ETP.

 

Plus précisément, ces gains sont des transferts d’emplois mais sans les personnes physiques.
Conséquence, cela ne diminuera pas la charge de travail au sein des services. Solidaires a souligné l’absurdité de cette situation. Pour nous, la Direction Générale (DG) n’a pas compris les souffrances que vivent les agents dans les services. Comme à son habitude, la DG afin de faire des économies de bout de chandelle continue les suppressions d’emplois au risque d’aggraver les situations déjà précaires dans les services.


La Présidente a proposé au vote des élus du personnel la suppression envisagée.

Résultat du vote : 5 contre (3 Solidaires, 2 CFDT)

 

  1. Adoption des ponts naturels pour 2024

 

La Direction a proposé les 2 ponts naturels disponibles en 2024 : le 10/05/2024 et le 16/08/2024.

 

Cependant, pour la journée du 10/05/2024, le pont naturel est accordé par la Direction à tous les services sauf le Centre de Contacts des Particuliers.

La Présidente indique que le centre de Baynac sera complètement fermé mais que l’accueil téléphonique du CDC maintenu via le télétravail.


Solidaires a souligné l’absurdité de cette situation, qui induit une rupture de l’égalité de traitement entre les fonctionnaires au sein du département.

De plus, nous avons fait remarquer que ce n’est pas la période où l’accueil physique et téléphonique est la plus forte, puisque le pic d’activités a lieu en fin de campagne vers fin mai début juin.

Enfin, nous avons rappelé les bons résultats de la campagne IR 2023 alors que le pont naturel avait été accordé suite à l’intervention de Solidaires et la CFDT.

La Direction n’a pas pu démentir ces éléments au vu de l’effectivité des bons résultats 2023.

De plus, la Direction réfléchit à l’ouverture exceptionnelle de centre de Baynac du mercredi et vendredi après-midi de la semaine précédente, à savoir le 1er mai (!) et le 03 mai afin de compenser la fermeture du 10/05. Apparemment notre Direction a oublié que le 1er mai est férié (fête du travail).

 

Vote : 3 contre (Solidaires), 2 pour (CFDT)

 

Solidaires a voté contre suite au refus de la Direction d’accorder le pont naturel du 10 mai au CDC.

 

  1. Bilan du télétravail 2022

 

Pour notre direction, l’année 2022 fut la première année complète télétravail, sans période sanitaire, qui se poursuit en 2023.

Il est à noter, on observe une baisse de télétravail suite au mouvement de mutation au 01/09 et la mise en place progressive une fois les nouvelles demandes déposées, cependant en moyenne, le taux de télétravail est au national de 49 % et dans la Nièvre de 40 %.

 

La direction a souligné les efforts sur la qualité du nouveau matériel informatique, l’aménagement des postes en télétravail à domicile des agents télétravailleurs pour raisons médicales (prescription Médecin travail).

 

Solidaires a demandé des précisions sur les agents vulnérables, qui sont demeurés en télétravail 5 jours/5, car certains ont signalé à notre syndicat, qu’ils se sentaient isolés par ce dispositif et en l’absence de contact régulier avec leurs chefs de service et la direction


Suite à cela, la Direction va demander une remontée auprès des chefs de service et va relancer de son côté une campagne de contact téléphonique pour les 4 agents concernés.

 

  1. Bilan des entretiens professionnels de 2023

 

La direction nous a informé que 4 recours à l’autorité hiérarchique dont 1 recours en CAPN ont été déposés.

Pour la nouvelle campagne 2024, Solidaires a demandé si des consignes nationales avaient été passées pour faire diminuer les notations. La Direction a répondu par la négative.

 

  1. Mise en place du service départementalisé d’accueil à Cosne et à Clamecy au 1er mars 2024

 

L’extension du service d’accueil départementalisé, initié au 1er janvier 2023 sur le site de Baynac, est étendu au 1er mars 2024 aux sites de Cosne et Clamecy. Des fiches de poste seront diffusées pour que les agents intéressés puissent candidater à ces nouveaux postes d’accueil.

Solidaires fait remarquer que le poste accueil sera effectif d’ici 5 semaines, donc le délai restant reste restreint pour entamer la diffusion de la fiche de poste.

 

Solidaires a demandé si les agents du SGC de Cosne qui seront transférés au service départementalisé d’accueil et de courtoisie seront détachés de leur service actuel.

La direction a confirmé que ces agents seront rattachés au service départemental sous l’autorité exclusive de Mme DUPLAIX.

 

Solidaires a demandé si les agents de l’EDR qui auront des missions d’accueil en centre ou en EFS, conserveront leur statut actuel.

La Direction nous a répondu que les EDR demeureront à leur statut actuel, et continueront d’effectuer des missions de renfort quand ils ne sont pas affectés dans les EFS.

 

  1. Plan ECOFiP

 

Solidaires mets à disposition le document fourni par la Direction, sur notre site local à l’adresse ci-dessous :

https://sections.solidairesfinancespubliques.info/580/115-plan-de-transition-2023-2025-ecofip.html

 

  1. Questions divers

 

Solidaires a souligné le problème de coupure annoncée du chauffage pour la journée seule du mercredi 24/01/2024. La Direction envisage le travail sur un site chauffé (ENFIP, Baynac salle bas + salle 2e car climatisation) ou le télétravail exceptionnel.

 

Solidaires interroge sur la responsabilité en cas de vol ou de dégradation du matériel soit dans le véhicule de l’agent soit à son domicile, en semaine ou le week-end.
La Direction répond que pour les ordinateurs et le matériel informatique, dans le cadre du télétravail, cela ne pose pas d’interrogation puisqu’en cas de sinistre, le coût du remplacement sera pris en charge par la Direction et aucune responsabilité ne sera prise à l’encontre de l’agent. Concernant le matériel topographique, la Direction va se renseigner auprès de la direction inter-régionale DDG CE.

 

Solidaires signale de nouveaux dysfonctionnements sur la TOIP. La Direction s’engage à régler la problématique rapidement.

 

Concernant l’indemnité carburant (ICT), Solidaires fait remonter que le formulaire de remboursement en ligne est toujours disponible sur le site alors que la prime n’est pas activée pour 2024 (le seuil d’alerte des 2€/l pas dépassé). La Direction s’est engagée à faire la remontée auprès de la DG.


Solidaires a demandé, à la direction, une action de recensement des agents désirant être formateurs, au niveau local et régional, quel que soit le grade. De fait, la Direction enverra un mail en ce sens à l’ensemble des agents du département.

 

Concernant les lieux de formation, Solidaires a souligné que certains agents ont eu des propositions de formation afin de remplir une session incomplète hors inter-région (Orléans), ce qui n’est pas accessible aux agents de la Nièvre habituellement, via Sem@for.

La Direction précise que les candidatures sont à poser en priorité sur Dijon et Lyon et en cas d’indisponibilité ou d’absence sur ces 2 sites, les agents de la Nièvre ont la possibilité de candidater sur Clermont-Ferrand ou Orléans.

Cher Papa Fournel,

Nous sommes les membres de Solidaires Finances Publiques 58.

Cette année nous avons été très sages, sauf lors de la réforme des retraites où nous avons manifesté chaque semaine, ni lorsqu’on a dénoncé toutes tes réformes pour détruire notre administration dans tous nos écrits et quand on s’est opposé à la gestion calamiteuse des ressources humaines de notre direction locale.

Bon, en fait, on n’a pas du tout été sage, on voudrait bien te promettre que pour la nouvelle année, on essayera d’être plus gentils et compréhensifs envers tes réformes « formidables », qui ne finissent jamais en fiasco, comme GMBI ou GestLOC.

Malheureusement, notre section syndicale est remplie de « gaulois réfractaires », dévoués à la défense du service public et de ses agents.

Cependant, nous espérons que tu trouveras au fond de ton portefeuille, euh non de ton cœur, la force de ne pas nous en vouloir.

Car pour cette fin d’année, on voudrait que :

  • Tu arrêtes toutes tes réformes (dématérialisation, externalisation des missions, restructuration de notre réseau, le flex-office, etc …). Car on en a « UN PEU » marre de rattraper toutes tes conneries et d’avoir des primes au lieu d’avoir des renforts dans les services.

  • Tu nous envoies, sans te commander, une bonne dizaine, non vingtaine…, en fait le mieux envoies nous en une cinquantaine, on leur trouvera du travail, t’inquiètes pas. Car on ne veut ni te vexer, ni remettre en cause ta politique de suppression d’emplois (un peu quand même), mais TOUS, ON A BIEN DIT TOUS, les services du département sont en SOUS-EFFECTIF. Du coup, tous les agents de la direction sont un peu fatigués (voir au bord du burn-out)

  • On voudrait aussi des applications informatiques, qui fonctionnent S’IL TE PLAÎT, surtout celle que nos collègues doivent utiliser tous les jours, comme GestLOC. Car on ne veut pas remuer le couteau dans la plaie, mais contrairement à ce que ton équipe de com’ a publié sur ulysse :

    « Suite au déploiement réussi de MOUV’RH lors de la campagne d’affectation des contrôleurs et des inspecteurs stagiaires lors du 2ᵉ semestre, la campagne de mutation des agents A, B et C s’ouvrira donc dans MOUV’RH à partir du 4 janvier 2024. »

    Cette campagne n’a pas du tout été une réussite, puisque des collègues de l’informatique et des RH ont été obligés de retraiter manuellement des dizaines de demandes de mutation, suite à un énième « COUAC » de cette appli.

  • U ne dernière chose, au vu de l’inflation et du gel de notre rémunération depuis « quelques » années, on apprécierait beaucoup, mais vraiment beaucoup, de voir les points suivants apparaître sur nos fiches de paye :

    • Une augmentation de la valeur du point d’indice ainsi que l’attribution de points supplémentaires pour toutes et tous,

    • Une revalorisation de la valeur du point à la hauteur des pertes intervenues durant les 10 ans de gel du point, ce qui correspond à près de 20 %,

    • L ’attribution de 85 points (+400 €) pour toutes et tous, mesure permettant une véritable réduction des inégalités,

    • L’indexation de la valeur du point sur l’inflation.

    • La revalorisation à 200 € mensuels de l’Indemnité Mensuelle de Technicité, inchangée depuis 2017, avec application du taux normal de retenue pour pension civile.

    • La revalorisation de la prime de rendement. Les deux dernières augmentations de la valeur du point d’indice n’ont eu aucune incidence sur le barème de la prime de rendement, inchangé depuis plus de dix ans. Nous en réclamons donc logiquement la réévaluation jusqu’au plafond maximum permis par les textes,

    • La revalorisation des frais de mission, des frais de scolarité,

    • La revalorisation de la valeur du point ACF (55,05 €) inchangée depuis 2009,

    • L’attribution de 40 points d’ACF pour l’ensemble des personnels,

    • La revalorisation à 50 euros mensuels de l’allocation forfaitaire de télétravail,

    • L’adaptation des ACF expertise, sujétions ou encadrement au regard de l’évolution des structures et des missions exercées par les agents de la DGFiP.

Voilà, juste on t’a ajouté un petit cadeau, c’est l’article du Canard Enchaîné, que tu as tant aimé, au point d’avoir quitté la réunion, sur la négociation des rémunérations pour pouvoir le relire tranquillement, avec un chocolat chaud, dans ton fauteuil au coin de ta cheminée.

pdfART_CE.pdf

Merci Papa Fournel d’exaucer nos revendications par milliers